Jacques Boissinot Sam Hamad.

Le député libéral provincial de Louis-Hébert, Sam Hamad, a confirmé son départ après 14 ans de vie politique. Celui qui a dirigé sept ministères sous deux premiers ministres estime avoir fait le tour du jardin. Il affirme partir avec le sentiment du devoir accompli, sans regrets ni rancœurs envers ce monde qu’il savait exigeant.

Dans un discours entrecoupé de nombreux sanglots, le député d’expérience a très peu évoqué les raisons qui motivent sa décision. Interrogé sur le retrait, depuis un an, de sa fonction de ministre, en raison d’une enquête remettant en cause son éthique dans un dossier de subvention à une grande entreprise, il a assuré que cet épisode n’avait aucun lien. D’ailleurs, s’est-il empressé de préciser, il en est ressorti sans blâme.

«Ma réflexion était amorcée depuis un certain temps. En faisant mon bilan, explique M. Hamad, j’en suis arrivé au constat que j’avais fait le tour du jardin. Ça fait 14 ans que je me dévoue pour les citoyens de ma circonscription et je suis fier du travail accompli. J’ai toujours su que la politique n’était pas une carrière. J’aurai eu le privilège de remplir d’importantes fonctions sous les premiers ministres Jean Charest et Philippe Couillard que je remercie pour la confiance qu’ils m’ont accordée.»

Sam Hamad a été particulièrement émotif lorsqu’est venu le temps de regarder dans le rétroviseur pour apprécier le chemin franchi depuis son arrivée au Québec, il y a près de quatre décennies. «Lorsque je suis venu de ma Syrie natale, je n’apportais que deux valises, mais j’étais motivé par de grandes ambitions. J’ai étudié ici et j’ai réussi à me réaliser pleinement. J’ai eu la chance de faire ma place», raconte en essuyant une larme celui qui rappelle que le Canada est un pays extraordinaire doté d’institutions démocratiques saines faisant l’envie de par le monde.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!