SASKATOON — L’Association des commissions scolaires catholiques de la Saskatchewan (SCSBA) portera en appel la décision d’un juge d’interdire le financement provincial des élèves non catholiques fréquentant des écoles catholiques.

Selon cette décision rendue la semaine dernière, le gouvernement de Saskatchewan ne peut plus financer les écoles catholiques pour des élèves qui ne sont pas de cette confession.

L’association, qui n’a pu dire exactement combien d’enfants sont concernés, prévoit présenter sa demande d’ici un mois.

Selon le porte-parole de la SCSBA, Tom Fortosky, les parents sont très inquiets.

Dans son jugement, le juge Donald Layh a statué qu’allouer des fonds pour des élèves qui n’appartiennent à une minorité religieuse mais qui fréquentent des écoles dites séparées contrevient à la neutralité religieuse de l’État, de même qu’aux droits à l’égalité.

Le premier ministre de la province, Brad Wall, a déjà déclaré que son gouvernement tenterait de contourner ce verdict, qui forcerait le transfert de milliers d’élèves.

Le conflit a débuté en 2003, lorsque la division scolaire Yorkdale — maintenant Good Spirit — avait dû fermer son école primaire de la ville de Theodore, faute d’inscriptions suffisantes.

La division scolaire prévoyait transporter ses 42 étudiants par autobus pour les envoyer dans un établissement situé 17 kilomètres plus loin.

Pour contrer cette décision, un groupe a créé sa propre division scolaire catholique, en plus d’ouvrir l’école catholique romaine St. Theodore.

La division scolaire Good Spirit avait ensuite déposé une poursuite, arguant que la nouvelle division scolaire n’avait pas pour but de servir les catholiques de la communauté, mais tentait plutôt d’éviter que les étudiants soient transportés vers une ville voisine.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!