Andrew Vaughan Andrew Vaughan / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le chantier maritime Davie ne se laisse pas démonter par les allégations de fuite de renseignements au sommet de l’état-major canadien, et prévoit livrer le nouveau navire de ravitaillement l’automne prochain comme prévu.

Le chantier naval de Lévis, en face de Québec, participe même à d’autres appels d’offres du gouvernement libéral, notamment pour louer des brise-glaces à la Garde côtière canadienne.

Dans des documents judiciaires dévoilés la semaine dernière, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) allègue que le vice-amiral Mark Norman, chef d’état-major adjoint de l’armée, a dévoilé au chantier Davie des informations ministérielles confidentielles. Le vice-amiral a été ensuite temporairement relevé de ses fonctions le 16 janvier par le chef d’état-major, Jonathan Vance.

Selon la GRC, M. Norman, ancien commandant de la Marine, était furieux que le gouvernement libéral reconsidère la décision prise par les conservateurs de confier à la Davie, sans appel d’offres, la conversion d’un navire porte-conteneurs civil en navire de ravitaillement militaire — un contrat de 700 millions $.

John Schmidt, qui supervise le projet pour la Davie, n’a pas voulu commenter lundi les allégations de la GRC — notamment ce courriel dans lequel le vice-amiral Norman suggère de faire pression sur un membre du cabinet afin que le gouvernement maintienne le contrat avec Davie pour le navire de ravitaillement intérimaire.

Mais M. Schmidt souligne que le projet de navire de ravitaillement, que les libéraux ont finalement maintenu, respecte l’échéancier et les coûts prévus, et qu’il entame maintenant sa dernière phase. Une composante importante du navire est arrivée en fin de semaine dernière de Finlande, où on avait sous-traité certains travaux afin de respecter l’échéancier, a indiqué M. Schmidt, vice-président chez Federal Fleet Services, une société-soeur de la Davie.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!