TORONTO — Un avocat de Don Meredith a affirmé lundi que le sénateur ne commenterait pas les allégations de harcèlement sexuel contenues dans un article.

L’article publié en fin de semaine par HuffPost Canada cite une ancienne assistante, qui allègue avoir subi des attouchements à répétition de la part du sénateur derrière des portes closes.

La femme, qui n’a pas été identifiée, soutient aussi que M. Meredith a menacé d’anéantir ses perspectives d’emploi si elle se plaignait de lui à quiconque.

L’avocat Bill Trudell a affirmé que le sénateur ne répondrait pas aux accusations, faisant valoir que celui-ci avait déjà coopéré il y a longtemps à l’enquête du Sénat sur de telles allégations.

Me Trudell s’est aussi questionné sur le moment de la publication de l’article, étant donné qu’un comité du Sénat est sur le point de conclure une enquête sur le politicien.

La rédactrice en chef du HuffPost, Andree Lau, a fait valoir que le média recueillait de l’information sur cette affaire depuis environ trois ans.

«Les allégations de comportement inapproprié en milieu de travail par un sénateur canadien sont une histoire importante, que nous traitons dans l’intérêt public. Le sénateur Meredith et son avocat ont décliné les occasions d’être interviewés», a affirmé Mme Lau par courriel.

M. Meredith pourrait savoir d’ici quelques jours quelle sanction sera recommandée par le comité de l’éthique du Sénat concernant une relation sexuelle avec une adolescente, dans une affaire qui n’est pas liée à celle dont a fait état le HuffPost. Le comité a examiné diverses sanctions allant de la réprimande à l’expulsion.

La conseillère sénatoriale en éthique, Lyse Ricard, avait conclu que le sénateur, un pasteur pentecôtiste marié âgé de 52 ans, avait entamé une relation avec cette adolescente alors qu’elle était âgée de seulement 16 ans, et que la relation avait pris un caractère sexuel par la suite. Le rapport a aussi montré que M. Meredith avait abusé de sa position comme sénateur pour attirer la jeune femme.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!