CHAD HIPOLITO CHAD HIPOLITO / La Presse Canadienne

VICTORIA — Une mascotte créée pour lutter contre le déversement d’eaux d’égout brutes dans la mer au large de Victoria, en Colombie-Britannique, est prête pour l’évacuation.

Le personnage de «Mr. Floatie» a été créé par l’enseignant James Skwarok le jour du poisson d’avril de 2004, comme mascotte de l’organisation parodique People Opposed to Outfall Pollution (ou POOP).

Tout brun et mesurant plus de six pieds, le costume de Mr. Floatie ressemblait à un étron et en est venu à représenter le peu de progrès dans la mise sur pied d’une usine secondaire de traitement des eaux usées dans le Grand Victoria.

M. Skwarok et son personnage de Mr. Floatie ont volontairement décidé de quitter leur siège après que la région eut adopté un plan, en septembre dernier, visant à construire une usine d’ici 2020. Elle pourra ainsi mettre fin au déversement de déchets non filtrés directement dans la mer des Salish et le détroit de Juan de Fuca.

Mr. Floatie devrait faire sa dernière apparition publique vendredi lors d’une cérémonie soulignant sa retraite, à Seattle. L’événement sera animé par le consul général du Canada. La mairesse de Victoria, Lisa Helps, et des représentants de l’industrie du tourisme de la région y sont attendus.

Le déversement d’eaux usées par Victoria a provoqué la colère au sud de la frontière. Un appel au boycottage touristique avait récemment été évoqué si la région ne cessait pas de déverser chaque jour quelque 130 millions de litres de liquides résiduaires dans les eaux entre la Colombie-Britannique et l’État de Washington.

Note aux lecteurs: Dans une version précédente, nous écrivions erronément que le nom du créateur de la mascotte était James Skwaro. Dans les faits, son nom est James Skwarok.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!