Jonathan Hayward/La Presse canadiennne

MONTRÉAL — Plusieurs entreprises américaines qui dépendent du bois d’oeuvre canadien affirment que des milliers d’emplois aux États-Unis seront menacés si le département américain du Commerce ne les exempte pas des droits majeurs imposés sur les importations du Canada.

Les propriétaires américains de trois entreprises de cadres de lit et d’un fabricant qui transforme le bois de cèdre jaune en produits haut de gamme ont appelé le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, à les exempter des droits compensatoires d’environ 20 pour cent et d’autres mesures imminentes antidumping sur les importations canadiennes.

Sans une exemption, ces entreprises affirment qu’elles seraient contraintes d’augmenter significativement leurs prix, risquant un déclin des ventes et des pertes d’emplois.

Stephen McLaughlin, vice-président chez Tempur-Pedic, une entreprise établie au Kentucky, a soutenu que des perturbations, même temporaires, «élimineraient des emplois aux États-Unis et nuiraient à la stabilité financière du secteur de fabrication de matelas».

Des lettres similaires envoyées par d’autres entreprises ont été affichées sur le site internet du département du Commerce.

Ces entreprises ont affirmé que les scieries aux États-Unis ayant lancé l’action sur le front commercial contre le Canada appuient leur requête, mais le gouvernement a indiqué qu’il ne répondrait pas avant d’avoir livré ses décisions finales sur les droits compensatoires dans environ cinq mois.

Les entreprises de cadres de lit font valoir que le bois dont elles ont besoin comporte un grain fin et de petits noeuds, des éléments caractéristiques des espèces de bois d’oeuvre dans les climats plus froids comme celui du Canada.

Oregon Industrial Lumber Products a indiqué qu’elle se procurait tout son bois de cèdre jaune en Colombie-Britannique, car aucun n’est produit aux États-Unis à l’exception de petites quantités en Alaska.

Le propriétaire Murray McDowell a soutenu que les entreprises comme la sienne subiraient un «dommage collatéral» dans les efforts pour protéger les producteurs forestiers des États-Unis.

«Sans des exemptions, nous serons effectivement poussées à notre perte», a-t-il écrit.

Note aux lecteurs: Dans une version précédente de cette dépêche, nous écrivions que les propriétaires de trois entreprises de cadres de lit qui transforment le bois de cèdre jaune ont appelé Wilbur Ross. Or, dans les faits, il s’agit des propriétaires de trois entreprises de cadres de lit et d’un fabricant qui transforme le bois de cèdre jaune.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!