Sean Kilpatrick/La Presse Canadienne

OTTAWA — Les membres d’un comité parlementaire qui se penchent sur la situation des médias au Canada peinent à rédiger la version définitive de leur rapport. Ils pourraient recommander au gouvernement la création d’un fonds visant à assurer une aide temporaire aux petits journaux.

L’étude du comité permanent du patrimoine canadien s’est amorcée il y a plus d’un an. Certains de ses membres ont exprimé leurs frustrations devant sa lenteur à remettre formellement des recommandations au gouvernement fédéral visant à aider un secteur aux prises avec la dégringolade des revenus publicitaires.

Des sources près du comité ont indiqué que le comité recommandera la création d’un fonds visant à aider les médias locaux à passer d’une publication imprimée à une publication numérique. Toutefois, elles ajoutent que le comité ne parvient pas à déterminer comme fonctionnerait ce programme.

Toutefois, le comité s’interroge toujours sur les façons de réglementer un tel fonds, ont ajouté ces sources.

Au cours des audiences qui se sont déroulées l’an dernier, des témoins, comme la Coalition pour la pérennité de la presse d’information du Québec et le Reuters Institute for the Study of Journalism, ont proposé un crédit d’impôt sur la masse salariale et sur les investissements numériques qui servirait à l’embauche de journalistes assignés spécifiquement aux affaires locales ou à des employés qui œuvrent dans le domaine des technologies numériques.

D’autres comme Transcontinental, qui a annoncé récemment la vente de ses 28 journaux dans les Maritimes et son intention de vendre ses journaux locaux au Québec, réclament que le ministère de l’Innovation, Sciences et Développement économique du Canada subventionne les éditeurs directement et/ou leur offre des crédits d’impôt remboursables pour appuyer au moins 50 pour cent des investissements en capital et main-d’œuvre effectués en médias numériques.

Les dix membres du comité se sont rencontrés à huis clos, la semaine dernière, pour débattre du contenu du rapport. Ils doivent se réunir de nouveau la semaine prochaine avant de transmettre une version finale à des fins de traduction. Mais, jeudi, ils n’étaient toujours pas parvenus à dégager un consensus sur les modalités de certaines de leurs recommandations.

Un membre du comité, le conservateur Kevin Waugh, reconnaît que le secteur des médias a besoin d’aide, mais il ajoute qu’une de ses préoccupations est de s’assurer que l’argent des contribuables qui sera versé aux petits journaux ne se retrouve pas dans les poches des propriétaires de grands conglomérats.

«On a pu observer que plusieurs de ces joueurs importants ont saigné les petits journaux», a déclaré cet ancien animateur de télévision.

La présidente du comité, la libérale Hedy Fry, soutient que des certaines questions de procédure ont retardé la publication du rapport. Mais d’autres retards, provoqués par des causes incontrôlables comme la fuite de gaz naturel qui a fermé une partie du centre-ville d’Ottawa, la semaine dernière, l’ont également frustrée.

Dans une entrevue antérieure, Mme Fry avait indiqué que le rapport s’intéressera à une grande variété de sujets qui ont été soulevés lors des audiences. Par exemple: le rôle des agrégateurs de nouvelles dans le déclin des journaux traditionnels, et le récent phénomène des bobards ou «fausses nouvelles».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!