TORONTO — Les organisateurs du défilé de la fierté gaie de Toronto craignent de perdre leur subvention municipale à cause d’une controverse sur l’exclusion des policiers en uniforme.

Olivia Nuamah, directrice générale de Pride Toronto, qui aura lieu en juin, devait comparaître lundi devant un comité de la Ville pour sauver la subvention annuelle de près de 260 000$.

Le maire de Toronto, John Tory, a apporté son soutien à la subvention, lundi, dans un communiqué publié avant la réunion du comité. Il plaide que les organisateurs de l’événement et le chef de la police de Toronto, Mark Saunders, l’ont assuré qu’on ne réglerait pas le litige en supprimant la subvention.

L’an dernier, des militants du mouvement Black Lives Matter avaient paralysé par une manifestation assise le défilé de la fierté gaie pour protester contre la participation de policiers en uniforme à l’événement. Selon Black Lives Matter, qui milite contre la brutalité policière envers les Noirs, la présence d’un char allégorique de la police pourrait décourager certains groupes marginalisés de participer eux aussi au défilé.

Les organisateurs ont finalement accepté en janvier certaines requêtes de Black Lives Matter, et annoncé que les policiers pourraient participer au défilé mais sans uniforme ni arme, et sans char allégorique. Le chef Saunders a alors indiqué que le corps policier ne participerait plus au défilé — sauf, bien sûr, pour en assurer la sécurité.

Mais le mois dernier, un conseiller municipal a demandé que la subvention soit carrément retirée pour cet événement qui n’est maintenant plus inclusif, selon lui. La fraternité des policiers de Toronto a emboîté le pas et plaidé qu’il serait inacceptable pour la Ville de soutenir financièrement une activité qui exclut certains employés municipaux.

Le conseil municipal doit se prononcer sur la subvention dans un peu plus de deux semaines, lors de ses séances de la fin de mai.

La participation des policiers dans des défilés de la fierté gaie sème la controverse au Canada, et plusieurs corps policiers — notamment à Vancouver et Halifax — doivent maintenant respecter certaines conditions. La semaine dernière, les organisateurs du défilé à Saint-Jean, Terre-Neuve-et-Labrador, ont fait marche arrière et invité les policiers à participer en uniforme.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!