WINNIPEG — Un soldat de la Première Guerre mondiale dont les ossements ont été découverts il y a environ six ans près d’un village français a été identifié comme étant un jeune homme du Manitoba.

Le soldat Reginald Joseph Winfield Johnston, de Fairford, au Manitoba, a été identifié grâce à un examen du contexte historique et des preuves matérielles, une analyse médico-légale réalisée par un anthropologue judiciaire, et une analyse d’ADN.

Ses ossements avaient été retrouvés en août 2011 aux côtés d’artéfacts de la Première Guerre mondiale, pendant une opération de déminage précédant la réalisation d’un projet de construction près du village de Vendin-le-Vieil, en France.

Le ministère de la Défense nationale affirme que le soldat était concessionnaire d’un «homestead» jusqu’à ce qu’il décide de s’enrôler, à Winnipeg, le 19 janvier 1916, à l’âge de 20 ans.

Il a servi au sein du 16e Bataillon du Corps expéditionnaire du Canada. Il aurait été tué le 15 ou le 16 août 1917, durant la bataille de la côte 70, à l’âge de 22 ans.

La Défense nationale précise que les membres de la famille du soldat ont été avisés et qu’Anciens Combattants Canada lui offre un soutien constant pendant que les dernières dispositions sont prises. Il sera inhumé par son régiment plus tard cette année au cimetière britannique de Loos, situé en périphérie de Loos-en-Gohelle, en France.

La bataille de la côte 70 est le premier combat majeur auquel a participé le Corps canadien sous le commandement d’un Canadien durant la Première Guerre mondiale. Environ 2100 Canadiens ont perdu la vie lors de cette bataille, et plus de 1300 d’entre eux n’ont aucune sépulture connue.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!