MONTRÉAL — L’ex-numéro deux de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Roland Lescure, a été choisi comme candidat par le nouveau président français Emmanuel Macron en vue des élections législatives. Il amorcera une «campagne-éclair» lundi à New York.

S’il l’emporte, M. Lescure sera le député de l’Amérique du Nord, l’un des 11 représentants «français de l’étranger» du parti La République en marche.

La formation politique d’Emmanuel Macron a dévoilé jeudi ses choix, soit 428 candidats qui défendront ses couleurs.

M. Lescure, auparavant vice-président responsable des investissements de la Caisse de dépôt après avoir été recruté en France, avait quitté ses fonctions au début d’avril pour se joindre à la campagne de celui qui était alors candidat à la présidentielle française.

Jeudi, il a expliqué avoir pris cette décision afin de contribuer au mouvement d’Emmanuel Macron, ce qu’il dit avoir fait en privé depuis un an, mais au grand jour depuis environ un mois, après avoir quitté la Caisse.

En entrevue téléphonique depuis Paris où il se trouve, M. Lescure a déclaré s’être porté candidat pour plusieurs raisons.

D’abord, il dit vouloir contribuer à la majorité présidentielle de M. Macron. «Parce qu’en France, quand on a pas de majorité de députés, c’est très difficile de présider», a-t-il précisé.

Mais ce qui est le plus important selon lui, c’est d’être un lien. «Moi, je considère que les Français qui vivent en Amérique du Nord, aux États-Unis et au Canada, ont vraiment une perspective unique sur la France, et donc moi je veux être leur porte-voix pour qu’ils nous aident à transformer la France», a-t-il dit.

Il donne en exemple leur rapport à l’entrepreneuriat ainsi que des initiatives au niveau de l’école et de la formation.

M. Lescure dit aussi vouloir représenter les préoccupations particulières des Français vivant en Amérique à l’Assemblée et représenter la France auprès d’eux.

Il a refusé gentiment de commenter ses chances de succès. Il a toutefois laissé entendre que le président élu a accompli un travail «absolument fantastique en partant de rien il y a un an et en arrivant président il y a quelques jours». L’homme admet aussi «être assez connu au Canada en raison de ses fonctions précédentes».

Alors il doit se faire connaître aux États-Unis, là où ses adversaires sont sur le terrain depuis un moment.

C’est sûrement pourquoi sa campagne y sera lancée lundi, à New York, par un point de presse. Une réunion publique doit suivre le lendemain. Ensuite il se rendra vraisemblablement à San Francisco, la troisième ville française en Amérique, avant d’être de retour à Montréal, où des événements ont déjà eu lieu pour le Mouvement En Marche. Il prévoit ensuite se rendre à Miami et possiblement Chicago, Washington et Los Angeles.

M. Lescure parle d’une «campagne-éclair» car elle ne durera que deux semaines et demie. Des événements pourront être suivis en ligne pour donner l’occasion à un maximum de personnes d’y prendre part.

En entrevue, il précise qu’il ne connaît pas Emmanuel Macron personnellement. Il l’a croisé une fois dans une réunion professionnelle il y a cinq ans, à Paris. «D’emblée, j’ai été impressionné par sa diversité et sa clairvoyance», dit-il.

Assez pour se joindre à son mouvement? «À 150 pour cent!», s’exclame-t-il.

«J’ai tout quitté, professionnellement, pour lui», ajoute-t-il.

Les élections auront lieu en deux tours au Québec, les samedi 3 et 17 juin, alors que le scrutin en France se déroulera les dimanches 11 et 18 juin.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!