Justin Tang Justin Tang / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le gouvernement fédéral souhaite qu’une plus grande part des milliards de dollars qui seront bientôt alloués aux projets d’infrastructures soit consacrée à des mesures qui pourraient concrètement réduire les risques d’inondation et autres catastrophes naturelles.

Le ministre fédéral de l’Infrastructure et des Collectivités, Amarjeet Sohi, a indiqué jeudi qu’il avait l’intention de soumettre l’idée aux municipalités, provinces et territoires. Ces sommes s’ajouteraient à l’enveloppe de 2 milliards $ déjà réservée pour aider les municipalités à se prémunir contre les catastrophes naturelles, comme les inondations qui ont durement frappé certaines régions du Québec et de l’Ontario ce mois-ci.

Cette sensibilité particulière aux éléments pourrait permettre à Ottawa d’épargner chaque année des centaines de millions de dollars en allocations de secours — des charges qui risquent d’augmenter avec les changements climatiques.

Dans son rapport de l’an dernier, le Directeur parlementaire du budget estimait que les allocations versées aux provinces dans le cadre des Accords d’aide financière en cas de catastrophe pourraient dépasser annuellement les 900 millions $ au cours des cinq prochaines années, dont 673 millions $ par année pour les inondations seulement. Ces sommes dépassent largement les allocations moyennes versées jusqu’ici par ce fonds de Protection civile Canada.

Le ministre Sohi espère maintenant s’entendre avec les provinces pour que des ressources financières soient consacrées particulièrement à des infrastructures qui permettraient de réduire les impacts des inondations et autres catastrophes naturelles.

Un «prisme vert»

Selon le ministre Sohi, les provinces et territoires devraient d’abord considérer à travers ce «prisme vert» tout projet soumis à Ottawa pour financement, dans le cadre du programme d’infrastructure. En entrevue cette semaine avec La Presse canadienne, le ministre a proposé que ce «prisme vert» mette l’accent sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre pendant et après les travaux de construction, mais aussi sur la mitigation des impacts des intempéries.

Ces mesures de mitigation permettraient «non seulement de réduire les coûts humains, les douleurs et l’angoisse des citoyens, mais aussi les coûts liés au nettoyage et aux impacts sur l’économie», a estimé le ministre.

Ce «prisme vert» serait partie intégrante de la deuxième phase du programme d’infrastructure promis par les libéraux, qui prévoit injecter 81,2 milliards $ sur 10 ans dans de nouveaux projets d’envergure élaborés par les municipalités et les provinces.

Les subventions fédérales seraient accordées après la conclusion d’une entente de financement avec les provinces et territoires, ce qui pourrait prendre des mois, compte tenu de l’ampleur des projets à venir.

Les libéraux comptent sur le programme d’infrastructure pour stimuler la croissance économique canadienne, afin d’augmenter ses recettes et améliorer les finances publiques.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!