Sénat du Canada André Pratte

OTTAWA — Le sénateur André Pratte a présenté ses excuses après avoir utilisé un mot raciste bien connu, mercredi, en comité sénatorial.

Il avait alors utilisé une insulte raciste commençant par la lettre «n» comme exemple d’épithète qui ne devrait jamais être utilisée.

M. Pratte a expliqué à La Presse canadienne qu’il essayait d’expliquer qu’il y a des limites à la liberté d’expression lorsqu’on parle d’autres personnes, surtout de ceux qui sont vulnérables et qui font face à de la discrimination.

Il a ajouté que des témoins défendaient la liberté d’expression dans un débat sur un projet de loi libéral visant à interdire la discrimination fondée sur l’identité de genre et sur l’expression de genre.

Si la loi est adoptée, il serait illégal de refuser d’embaucher une personne ou de faire de la discrimination à son endroit en raison de son identité de genre ou de la façon dont elle l’exprime.

La loi amenderait également le Code criminel pour élargir les lois sur les discours haineux.

André Pratte, qui s’est joint au Sénat en 2016 après une carrière de 35 ans en journalisme, appuie le projet de loi.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!