THE CANADIAN PRESS Inondation à Laval.

MONTRÉAL — Les autorités de la sécurité publique confirment vendredi que les niveaux d’eau demeurent en décroissance dans la grande majorité des régions sinistrées par les inondations au Québec.

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, signale toutefois que le niveau du lac Saint-Louis, dans la région de Montréal, demeure élevé, mais stable.

Vendredi matin, 78 municipalités québécoises demeuraient sinistrées; 2889 résidences sont inondées et 170 routes sont toujours endommagées par la crue des eaux.

La seule inquiétude qui persiste est dans la région du Lac-Saint-Jean, où les autorités sont «en mode alerte» en ce moment. «Le niveau des eaux a monté au cours des derniers jours, on surveille ça de très près», a indiqué le ministre Coiteux en point de presse.

La pluie des dernières heures n’a pas aggravé la situation, mais les météorologues annoncent d’autres précipitations pour la fin de semaine. «Il y a très peu de résidences inondées dans la région et on a déployé des ressources importantes là-bas», a ajouté M. Coiteux.

Des employés du ministère des Transports ont été envoyés sur le terrain et des stocks de sacs de sable ont été constitués.

Pour sa part, la ministre du Travail, Dominique Vien, a annoncé une série de mesures visant à aider les sinistrés.

«Nous souhaitons que (les sinistrés) puissent rénover ou encore reconstruire leurs domiciles ou leurs locaux dans les meilleurs délais, mais aussi dans les meilleures conditions», a-t-elle déclaré.

Des pochettes d’informations seront ainsi mises en disponibilité pour les sinistrés, sur le web et en version papier pour les aiguiller sur les précautions à prendre en matière de plomberie et d’électricité, notamment.

De plus, des ententes sur la disponibilité de la main-d’oeuvre et sur la prestation de services à justes prix ont été conclues avec une multitude d’organismes: l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ), l’Association de la construction du Québec (ACQ), l’Association patronale des entreprises en construction du Québec (APECQ), la Corporation des entrepreneurs généraux du Québec (CEGQ), la Corporation des maîtres électriciens du Québec (CMEQ) et la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec (CMMTQ).

La grève n’affecterait pas les travaux en cours

L’Alliance syndicale représentant les travailleurs de la construction a assuré dans un communiqué que les sinistrés ne seraient pas affectés par la possible grève qui pourrait être déclenchée le 24 mai prochain.

«On voulait rassurer les sinistrés que si on allait en conflit de travail le 24, tous les travaux qui touchaient les résidences dans les zones sinistrées ne seraient pas touchés par la grève. On n’empêcherait pas le monde de continuer à travailler, il n’y aurait aucun problème pour eux», a assuré Michel Trépanier, porte-parole de l’alliance.

Si les travailleurs sont en grève, ils seront sur les chantiers à titre de bénévole, a-t-il ajouté. «C’est sûr qu’il y a des travailleurs qui vont aller faire du piquetage à gauche et à droite, mais on va vouloir avoir une quantité importante de travailleurs qui iront donner un coup de main à nos concitoyens», a-t-il poursuivi.

L’alliance syndicale a d’ailleurs fait un appel à ses 175 000 membres pour qu’ils s’impliquent dans l’effort de rétablissement des sinistrés.

Aussi dans National :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!