MONTRÉAL — Dans le Bas-Saint-Laurent, le service de traversier est suspendu pendant au moins la fin de semaine entre l’île Verte et la terre ferme, près de Cacouna, en raison d’un incident forçant l’inspection du navire.

La cinquantaine d’habitants de cette petite île et les touristes qui s’y rendent pourraient avoir à prendre leur mal en patience pour une période prolongée puisqu’il n’y a aucun navire similaire de disponible pour remplacer le traversier Peter-Fraser qui s’est échoué sur un banc de sable vendredi soir dans le chenal de la rivière Verte.

Seuls quatre membres d’équipage étaient à bord lorsque le traversier est resté pris vers 22 h 45; aucun d’entre eux n’a été blessé.

Le traversier Peter-Fraser n’a pu être remis à flot qu’à la marée haute, samedi matin. Il est arrivé à quai vers 10 h 15 pour une inspection obligatoire de deux jours. Ce n’est qu’après le week-end que la Société des traversiers du Québec pourra statuer sur son sort, a indiqué son pdg par intérim François Bertrand en entrevue à La Presse canadienne samedi.

Entre-temps, divers moyens ont été mis en place pour accommoder les gens du secteur, mais ils ne permettent que le transport de passagers et non de véhicules.

Le traversier Peter-Fraser transporte 20 000 passagers par année à cet endroit.

À compter de samedi soir, ceux-ci pourront donc faire le voyage entre l’île Verte et la terre ferme en zodiac. Des solutions de rechange sont aussi mises de l’avant pour le transport de marchandises.

M. Bertrand a expliqué qu’une entente a été conclue avec Croisières AML qui assurera donc le lien en zodiac, soit le même type d’embarcation que celui utilisé lors des croisières aux baleines, et cela, selon l’horaire normal du traversier Peter-Fraser. À cela s’ajoutera dimanche matin un service de transport des passagers par hélicoptère.

Le traversier Peter-Fraser est en service depuis l’automne 2013. Il peut transporter 12 véhicules et jusqu’à 75 passagers.

Il compte toutefois une particularité qui explique pourquoi il est difficile de le remplacer. Le navire a été construit pour reposer sur le lit du fleuve à marée basse puisque le chemin qu’il emprunte a peu d’eau, voire pas du tout par endroit à la marée basse. Il n’est donc pas facile de trouver un traversier muni de cette particularité, souligne M. Bertrand.

Les citoyens de la région et les gens touchés peuvent suivre l’évolution de ce dossier sur le site web de la Société des traversiers du Québec en s’abonnant aux alertes.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!