OTTAWA — Les membres du Parti conservateur du Canada (PCC) ont commencé à voter pour leur nouveau chef, les bulletins postaux retournant actuellement à un dépôt de Toronto avant le dépouillement officiel qui aura lieu samedi.

Voici cinq choses à savoir sur le processus:

1. Il y a 14 noms inscrits sur les bulletins de vote. Celui de Kevin O’Leary en fait partie. Si ce dernier s’est retiré de la course à la chefferie, il l’a fait trop tard pour que son nom soit enlevé. Le parti ne s’attend pas à ce que beaucoup de membres votent pour M. O’Leary, mais les voix de ceux qui décideront de le faire seront comptées.

2. Le processus de vote suit son cours. Les membres doivent poster leur bulletin de vote d’ici vendredi. Sinon, ils peuvent se rendre en personne, samedi, au bureau de scrutin central situé à Toronto ou encore à l’un des autres emplacements aménagés partout au Canada. Le PCC ouvre les bulletins postaux pour vérifier que les électeurs ont aussi fourni la copie d’une pièce d’identité ainsi qu’un formulaire de déclaration signé accompagnant leur choix. Les votes envoyés par la poste ne seront comptés que samedi.

3. Il y a 259 010 membres ayant droit de vote au PCC. Bien que chaque membre n’ait qu’une voix au chapitre, le vainqueur ne sera pas déterminé en fonction de la simple addition de tous ces résultats. Chacune des 338 circonscriptions fédérales se voit plutôt allouer 100 points. La quantité de points obtenus par chaque candidat est établie selon le pourcentage du vote que ce dernier gagne dans une circonscription donnée. Pour l’emporter, un candidat aura besoin de 16 901 points.

4. Il s’agit d’un vote préférentiel. Les membres peuvent choisir jusqu’à 10 personnes qu’ils souhaitent voir à la tête du parti, les classant par ordre de préférence. Si un seul candidat a été sélectionné, le bulletin de vote reste néanmoins valable en vue du dépouillement. Les votes sont comptés de façon électronique et les machines utilisées peuvent passer en revue une vingtaine de séries de 100 votes à l’heure.

5. Les deuxièmes choix comptent. Les bulletins préférentiels sont comptabilisés par ronde. Si, à la première de celle-ci, aucun candidat ne s’en tire avec une majorité, la personne cumulant le moins de points est retirée du bulletin. Quant à ceux qui avaient voté pour cette personne exclue, c’est leur deuxième choix qui sera pris en compte. Le processus se poursuit ensuite jusqu’à ce qu’un gagnant émerge. Le PCC entend annoncer les gagnants de chaque ronde de scrutin jusqu’à ce qu’un vainqueur soit identifié.

————

La course au leadership du PCC, en chiffres

— 445 : Durée, en jours, de la course

— 16 : Nombre de personnes qui ont officiellement pris part à la course

— 3 : Nombre de candidats qui ont jeté l’éponge. Il s’agit de Dan Lindsay, de Tony Clement et de Kevin O’Leary.

— 14 : Nombre de candidats qui apparaissent sur les bulletins de vote. Kevin O’Leary s’est désisté trop tard pour que son nom soit retiré.

— 100 : La valeur, en points, accordée à chaque circonscription canadienne

— 16 901 : Le nombre de points qu’un candidat doit accumuler pour être couronné

— 259 010 : Membres en règle du PCC ayant droit de vote

— 2729 : Adhésions au parti qui ont été retirées après enquête

— 52 : Nombre de membres du PCC au Nunavut, soit la plus petite prévalence au pays

— 114 508 : Nombre de membres du PCC en Ontario, soit la plus grande prévalence au pays

— 5 : Millions de dollars que chaque candidat peut dépenser durant sa campagne

— 4,6 : Millions de dollars amassés par tous les candidats dans les trois premiers mois de 2017

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!