BATHURST, N.-B. — Un tribunal du Nouveau-Brunswick a interdit à un groupe antiavortement de manifester sur les terrains de l’Hôpital régional Chaleur, à Bathurst, dans le nord-est.

Le juge Réginald Léger, de la Cour du banc de la reine, a émis une injonction permanente plus tôt ce mois-ci, en invoquant des questions de sécurité.

Le Réseau de santé Vitalité, qui exploite l’hôpital, avait demandé cette injonction contre un groupe opposé à l’avortement qui manifestait tout juste devant l’établissement, bloquant la circulation dans le secteur. Une ambulance avait même été stoppée dans sa course vers les urgences en 2012.

Un des défendeurs dans cette cause a plaidé devant le tribunal qu’il avait le droit de manifester sur un terrain public en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés.

Ron Jessulat, du groupe «40 Days for Life», a soutenu que les manifestants, surtout des personnes âgées, sont tout à fait paisibles — ils prient et marchent en silence devant l’hôpital.

Le juge Léger a cependant conclu que les manifestants mettaient en péril la sécurité des patients et des employés. Le magistrat a par ailleurs rappelé que le groupe peut très bien continuer à se prévaloir de son droit à la liberté d’expression ailleurs que sur le terrain de l’hôpital.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!