OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau a révélé vendredi les détails d’un concours que lancera le gouvernement fédéral pour pousser les villes à se moderniser.

Le Défi des villes intelligentes doit permettre à cinq municipalités de développer un projet innovateur, a précisé le premier ministre lors d’un discours au congrès de la Fédération canadienne des municipalités (FCM), qui réunit plus de 1900 maires et conseillers municipaux des quatre coins du pays.

La première édition du Défi des villes intelligentes sera lancée cet automne. Des prix de 50 millions $ pour le meilleur projet, de 10 millions $ pour deux villes de plus petite taille et de 5 millions $ pour une communauté rurale ou éloignée et une communauté autochtone seront remis aux municipalités gagnantes.

L’idée est inspirée d’un concours similaire aux États-Unis. Le gouvernement fédéral avait déjà annoncé en avril dernier qu’il verserait 300 millions $ sur 11 ans pour la création d’un fonds qui servira à développer des villes intelligentes.

Le gouvernement compte tenir trois éditions de ce concours annuel.

Justin Trudeau a assuré, vendredi, que «les villes de l’avenir seront intelligentes».

«Est-ce que ça se traduira par de la fibre optique entre chaque résidence et chaque commerce? Des routes et des feux de circulation intelligents? Ou encore des réseaux de distribution d’énergie décentralisés qui fonctionnent dans les deux sens? À vous de décider.»

Montréal, qui s’est donné pour objectif de devenir un chef de file en la matière, entend bien participer à ce concours.

Critiques de l’opposition

La nouvelle a été moins bien accueillie par les partis d’opposition.

La députée du Bloc québécois Monique Pauzé s’interroge sur cette façon de financer des infrastructures municipales.

«C’est une façon pour M. Trudeau de faire la une, de faire des beaux portraits parce qu’un concours, c’est ridicule alors que des villes ont vraiment besoin d’infrastructures», a-t-elle affirmé.

«Il y a des besoins criants actuellement dans les municipalités, surtout les municipalités rurales, a-t-elle continué. Pour le développement de nos régions, ça prend des investissements partout où il y a des besoins, pas de faire des concours.»

Le député néo-démocrate Matthew Dubé a fait remarquer que l’argent du gouvernement fédéral destiné aux infrastructures n’est pas distribué assez rapidement aux municipalités.

«Il est important de se rappeler que les villes innovent déjà, a-t-il dit. Il faut simplement leur remettre l’argent dont elles ont besoin.»

Le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, se demande quant à lui si les communautés autochtones qui manquent d’infrastructures de base auront réellement les moyens de participer.

«Il y a très certainement des communautés qui seront plus avantagées que d’autres, comme les communautés semi-urbaines», a-t-il remarqué.

«Dans quelle mesure les communautés isolées vont se sentir les capacités de pouvoir compétitionner avec d’autres, c’est une question intéressante.»

Le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Amarjeet Sohi, a précisé que son ministère fournira du financement aux municipalités qui voudront s’inscrire au concours.

«Nous allons les soutenir tout au long du processus pour nous assurer que chaque communauté puisse participer», a-t-il déclaré.

Elles seront encouragées à faire appel aux citoyens, au secteur privé, aux universités et à toute autre organisation qui pourrait les aider à soumettre leur candidature.

Le gouvernement dévoilera davantage de détails l’automne prochain lors du lancement du concours.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!