TC Media – Denis Germain

Les travaux sur le pont Champlain ainsi que sur plusieurs autres chantiers partout au Québec sont retardés en raison de nouvelles normes imposées par le ministère des Transports du Québec (MTQ) concernant le transport des chargements hors-normes. Une situation qui s’est aggravée depuis le déclenchement d’une grève des ingénieurs du gouvernement du Québec, le 24 mai.

Le Groupe Canam, qui possède des locaux à Longueuil et qui détient le contrat pour la fabrication de 600 poutres-caissons d’acier pour la superstructure du nouveau pont, est contraint d’entreposer des dizaines de pièces sur le terrain de certains de ses manufacturiers et de son transporteur, Transport Watson. Ce dernier tente depuis le début du mois de mai d’obtenir les permis spéciaux pour circuler.  

Le transporteur a adressé de nombreuses demandes de permis spéciaux au MTQ pour le transport des pièces de pont préfabriquées, ces demandes ont pratiquement toutes été systématiquement rejetées pour des motifs qui n’avaient jamais été évoqués précédemment.

La demande de permis pour le transport de chargements hors-normes est faite à la Société de l’assurance-automobile du Québec (SAAQ), qui la fait analyser par le MTQ. Les directions territoriales du ministère vérifient détermine si le trajet en question possède les caractéristiques essentielles, soit les dégagements en largeur et en hauteur afin que les pièces transportées n’accrochent pas les différents obstacles pouvant se trouver sur sa route. Le MTQ analyse ensuite les rapports de ces divers intervenants et émet ou non les permis demandés.

Le MTQ a récemment modifié ses critères d’analyse recommandant que la vitesse de circulation soit ralentie, mais stipule également que ces ralentissements perturbent le trafic, engendrant un risque pour les automobilistes.

Depuis deux semaines, la grève des ingénieurs complique grandement les choses puisqu’aucune nouvelle demande de permis n’a été analysée par le ministère depuis le 24 mai.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!