DARRYL DYCK DARRYL DYCK / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le gouvernement fédéral soutient que les projets pilotes menés dans sept localités du Canada révèlent que les appareils de dépistage de drogues sont efficaces pour détecter la conduite d’un véhicule avec les facultés affaiblies.

De décembre à mars derniers, des policiers de sept localités, dont Gatineau, au Québec, ont recueilli plus de 1140 échantillons de salive à l’aide de deux appareils de dépistage de drogues par voie orale. Selon le ministère fédéral de la Sécurité publique, les policiers ont conclu en général que ces appareils étaient faciles à utiliser en bordure de la route, dans diverses conditions météorologiques et températures ou conditions d’éclairage.

Ces tests ont été menés dans le cadre de l’initiative du gouvernement libéral pour légaliser la marijuana récréative au Canada à l’été 2018.

En vertu du projet de loi déposé récemment, les policiers pourraient exiger un échantillon de salive s’ils ont des doutes raisonnables de croire qu’un conducteur aurait consommé une drogue. Si le résultat était positif, les policiers pourraient transmettre le cas à un agent évaluateur ou exiger un échantillon de sang.

Le projet pilote du ministère fédéral de la Sécurité publique a été mené par une cinquantaine d’agents des services de police de Vancouver, Toronto, Halifax et Gatineau, de la Police provinciale de l’Ontario et de la Gendarmerie royale du Canada à Yellowknife et North Battleford.

Les appareils de dépistage par prélèvement de salive permettent de détecter la présence récente de plusieurs drogues dans l’organisme, y compris le THC du cannabis, la cocaïne, les méthamphétamines, les opioïdes, les benzodiazépines et les amphétamines.

Environ 15 pour cent des personnes qui ont participé au projet pilote sur une base volontaire ont reçu un résultat positif révélant la présence de drogues dans leur organisme, indique le ministère de la Sécurité publique.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!