TORONTO — L’accusé canadien dans l’affaire du piratage massif de courriels de Yahoo devra rester en détention alors qu’il se prépare à contester son éventuelle extradition aux États-Unis.

La tentative de contester la décision d’un juge de refuser la libération sous caution de Karim Baratov s’est heurtée à un refus, ont indiqué des avocats représentant l’accusé de 22 ans.

En avril, le juge de la Cour supérieure de l’Ontario Alan Whitten a décrété que les risques que Baratov s’envole pour l’étranger s’il était libéré sous caution étaient trop élevés.

Le magistrat avait par ailleurs relevé que les parents du jeune homme ne feraient pas de bons superviseurs puisqu’ils n’ont pas remis en question la richesse dont ce dernier jouissait ainsi que les activités lucratives qu’il menait lorsqu’il vivait avec eux.

Les parents de Baratov ont offert de verser près d’un million de dollars en liquidités et en actifs en guise de caution.

Vendredi, le juge Bradley Miller a toutefois maintenu le jugement d’avril.

«À la fin de la journée, M. Baratov continue de représenter un risque significatif de (fuite) par avion et il est toujours accusé d’avoir commis un sérieux délit», a dit Me Miller.

Le juge Whitten avait souligné en rendant son précédent jugement qu’il estimait que l’accusé canadien avait des motivations de prendre la fuite étant donné qu’il pourrait être passible de 20 ans d’emprisonnement s’il est reconnu coupable par la justice américaine.

Baratov a été arrêté en mars en vertu de la Loi sur l’extradition après que les autorités américaines l’eurent accusé de piratage informatique, d’espionnage économique ainsi que d’autres crimes. Trois autres personnes ont aussi été accusées dans cette affaire, dont deux sont considérés comme des officiers présumés du service de sécurité fédéral de la Russie.

L’avocat Amedeo Dicario a fait savoir que l’équipe juridique représentant l’accusé canadien concentrera dorénavant ses efforts sur la contestation de la demande d’extradition visant son client.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!