MONTRÉAL — Le taux de chômage du Québec a reculé à 6,0 % le mois dernier, touchant son plus faible niveau depuis que Statistique Canada recueille ces données, en 1976.

Les données du mois de mai ont été soutenues par le plein emploi des membres de la population active âgés de 15 à 54 ans.

Ce recul par rapport au mois d’avril, pour lequel le taux de chômage était de 6,6 %, était partiellement attribuable à une diminution du nombre de personnes à la recherche d’un emploi.

En ne tenant compte que du groupe des 15 à 54 ans, le taux de chômage a même reculé à un creux de 5,8 %.

«Nous n’avons jamais vu ça par le passé, alors c’est un assez bon rapport», a noté l’économiste en chef de la Banque Nationale, Stéfane Marion.

Selon lui, le plein emploi de ce groupe d’âge clé est important puisque c’est ce groupe qui est le plus susceptible d’obtenir du crédit dans l’environnement actuel de faibles taux d’intérêt.

À travers le Canada, l’emploi à temps plein pour ce groupe de travailleurs a grimpé de 31 000 en mai, enregistrant une sixième croissance robuste en sept mois. Au cours de cette période, 196 000 emplois ont été créés dans cette tranche de la population — sa meilleure performance en 20 ans.

Selon M. Marion, Montréal est la grande gagnante du marché de l’emploi québécois le mois dernier, puisque pour la première fois dans l’histoire de la province, la ville comptait un plus grand nombre de travailleurs que partout ailleurs au Québec.

L’immigration a grandement contribué à cet état des choses, a-t-il ajouté.

«Le succès de l’économie canadienne réside vraiment dans la politique d’immigration (…) C’est ce qui nous distingue du reste de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).»

Le ministre québécois des Finances, Carlos Leitao, souligne que l’économie de la province s’oriente dans la bonne direction alors que 165 000 emplois ont été créés depuis mai 2014. Il estime que les craintes d’un ralentissement dans l’économie américaine à court terme sont non fondées.

L’économie américaine devrait se porter bien en 2017, mais l’incertitude plane pour 2018 et 2019.

L’économiste principale pour le Mouvement Desjardins, Joëlle Noreau, croit toutefois que l’enthousiasme suscité par le bas taux de chômage devrait être tempéré, relevant que les nouveaux chiffres ne se distancient de ceux d’avril que d’un écart de 0,6 %.

L’Ontario a de son côté eu une variation similaire en avril, mais le taux de chômage a ensuite augmenté de 0,7 % en mai. Ce dernier a ainsi atteint 6,5 % en dépit de 19 000 nouveaux emplois.

Dans un rapport, elle souligne que le Québec pourrait être le prochain sur la liste à connaître le même dénouement que l’Ontario.

Au Québec, l’augmentation de 29 800 emplois à temps plein pour le mois de mai a été contrebalancée par un recul de 14 900 emplois à temps partiel.

Les plus gros progrès au chapitre de l’emploi se sont manifestés, entre autres, dans les secteurs du transport, de l’entreposage, des services techniques ainsi que scientifiques et des soins de santé.

Les statistiques encourageantes sur l’emploi et la confiance des consommateurs donnent un coup de pouce au secteur résidentiel, lequel affiche une hausse de six pour cent dans la région de Montréal, a indiqué Mme Noreau.

M. Marion a pour sa part affirmé que la Banque du Canada doit ajuster son message en reconnaissant que l’économie canadienne se porte bien.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!