HALIFAX — Tous les équipages à bord des bateaux qui affrontaient une tempête secouant l’océan Atlantique sont sains et saufs, a annoncé le Centre conjoint de coordination des opérations de sauvetage de Halifax.

Une porte-parole du centre dit que l’équipage de deux voiliers qui avaient lancé des appels de détresse jeudi ont été secourus samedi matin, alors qu’un troisième bateau a réussi à se déplacer dans des eaux plus calmes.

Selon la major Rhonda Stevens, le paquebot de croisière Queen Mary 2 avait rescapé un marin britannique d’un yacht démâté et il est en route vers Halifax.

Deux marins néerlandais ont aussi été sauvés d’un autre bateau qui voguait dans l’océan Atlantique. Ils se dirigent vers les Bahamas à bord d’un pétrolier.

Un autre navire avait déclaré l’état d’urgence samedi lorsqu’il a commencé à prendre l’eau. Les deux marins bulgares ont été rescapés et sont à bord d’un bateau de recherche qui se dirige vers Saint-Jean, Terre-Neuve.

La major Stevens a affirmé que les bateaux endommagés avaient dû braver des vagues aussi hautes que dix mètres, alors que certains d’entre eux étaient pilotés par un seul membre de l’équipage qui combattait la fatigue.

«C’était évidemment un long (effort) sur plusieurs jours d’incertitude», a-t-elle souligné.

«Ces marins étaient très expérimentés, alors ils ont tenu bon et ont fait ce qu’ils devaient faire jusqu’à ce que le sauvetage soit terminé.»

Les secouristes ont aussi dû affronter un temps particulièrement difficile pendant la mission de samedi, mais ils ont été aidés par l’Aviation royale canadienne, ainsi que par des avions britanniques et portugais.

«Lorsque des gens sont en détresse, tout le monde veut aider. Les secouristes ont démontré leur héroïsme, leur passion pour leur travail dans la mer et leurs habiletés. Ils ont été capables de sauver la vie de ces personnes en détresse», a ajouté la major Stevens.

Les bateaux qui faisaient une course à partir de Plymouth et de Newport, au Royaume-Uni, ont frappé une tempête jeudi soir à environ 1660 kilomètres à l’est de Terre-Neuve.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!