Comme bien d’autres villes, Magog est aux prises avec une infestation de chenilles depuis le début de l’été, si bien que certains lieux publics ont dû être traités pour freiner la propagation.

Même si la présence de la livrée des forêts est inoffensive, la Municipalité a pris le problème de front après avoir reçu quelques plaintes de citoyens. «Ce n’est pas dangereux, mais ce n’est pas plaisant d’aller au parc et de voir plein de chenilles sur les modules de jeu ou par terre. Il fallait s’y attaquer et c’est ce que nous avons fait», explique la directrice du Service de la culture, des sports et de la vie communautaire à la Ville de Magog, Linda Gagnon.

Les feuilles de certains arbres, desquelles se nourrissent les chenilles, ont été vaporisées d’un produit biologique. Selon Mme Gagnon, il s’agit d’un traitement bactériologique qui attaque leur système immunitaire une fois que les feuilles sont ingurgitées. Maintenant que la situation est maintenant sous contrôle, la Ville de Magog compte bien revoir ses procédures de manière à être plus proactive. «Ce sera important de faire un suivi avec nos équipes afin d’être plus aux aguets la prochaine fois au lieu d’attendre que les chenilles apparaissent pour agir. On sait que ce genre d’infestation est cyclique alors ce sera à nous d’être mieux préparés», conclut Mme Gagnon.

Selon le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, la livrée des forêts ne se produit qu’une fois par année. Les premières chenilles apparaissent au mois de mai et elles atteignent leur maturité vers la mi-juin. Les arbres préférés de ces chenilles sont le peuplier faux tremble, le bouleau à papier, l’érable à sucre, les saules et le chêne rouge.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!