FRED CHARTRAND Mulcair. FRED CHARTRAND / La Presse Canadienne

OTTAWA – Thomas Mulcair s’est rapidement attelé à la tâche de rassurer les Canadiens inquiets à propos de la capacité des néo-démocrates de gérer l’économie, s’attaquant à ce qu’il considère comme le plus grand obstacle à une victoire du Nouveau Parti démocratique (NPD) lors des prochaines élections.

M. Mulcair a choisi de s’adresser à l’Economic Club du Canada, jeudi, pour son premier discours d’importance depuis son élection à la tête du parti.

Il a d’ailleurs profité de l’occasion pour tenter de faire disparaître l’impression que le NPD est dogmatique dans son opposition au développement des ressources naturelles, au commerce et à la création de richesse, comme l’ont souvent répété les conservateurs au pouvoir dans leurs tentatives de faire passer le NPD pour une formation «incapable de gouverner».

Selon M. Mulcair, le NPD est résolument en faveur du développement, pour autant que celui-ci soit durable. Il s’exprimait devant un parterre de 200 personnes majoritairement composé de néo-démocrates.

Les néo-démocrates, a-t-il expliqué, visent à encourager la prospérité de tous, ce qui signifie mettre fin aux crédits d’impôts pour les entreprises roulant sur l’or, inclure des clauses sur les droits des travailleurs et sur la protection de l’environnement dans les accords commerciaux, ainsi qu’exiger que les développements de ressources naturelles, comme les sables bitumineux albertains, refilent la facture du nettoyage environnemental aux entreprises.

Pour M. Mulcair, les Canadiens sont à l’aise avec le NPD lorsqu’il est question de programmes sociaux, dont certains, comme le système de santé universel, proviennent à l’origine du parti. Il a toutefois concédé que les citoyens étaient moins prêts à l’idée de mettre le parti en charge de gérer l’économie de l’un des principaux pays industrialisés de la planète.

«Certaines hésitations en lien avec le parti qui a souvent eu les meilleures idées étaient de savoir si nous étions ou non capables de gérer une économie du G7, à savoir si nous étions capables de gérer correctement une administration publique», a-t-il exprimé.

S’exprimant plus tard en compagnie de journalistes, M. Mulcair a expliqué que son message faisait partie de son plan pour attirer les Canadiens qui ont hésité à rejoindre le NPD par le passé.

«Plusieurs Canadiens partagent nos buts, nos idées, et nous voulons nous assurer que nous sommes capable de dépasser notre base traditionnelle.»

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!