CHAD HIPOLITO CHAD HIPOLITO / La Presse Canadienne

VANCOUVER — Le navire d’observation des baleines qui a coulé au large de la Colombie-Britannique, à l’automne 2015, a été renversé par une grosse vague déferlante, a exposé mercredi le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST).

Le BST a formulé trois recommandations dans la foulée de ce chavirement meurtrier, statuant notamment que les bateaux commerciaux transportant des passagers au-delà des eaux abritées devraient être munis d’une radiobalise pour signaler leur position en cas d’urgence.

Le Bureau exige également que les exploitants de navires commerciaux adoptent un processus «explicite» de gestion de risques pour identifier des dangers tels que des vagues déferlantes.

Le naufrage du Leviathan II avait fait six morts, cinq Britanniques et un Australien, le 25 octobre 2015, au large de Tofino.

La plupart des passagers se trouvaient à bâbord, ce qui a nui à la stabilité du navire lorsqu’il a été frappé de plein fouet par la vague.

Le rapport souligne que 45 minutes se sont écoulées avant que les autorités de recherche et de sauvetage soient informées de l’incident, puisque l’équipage n’a pas eu le temps de lancer un appel de détresse. C’est par hasard qu’une fusée éclairante a été trouvée puis projetée, ce qui a alerté des pêcheurs de la Première Nation Ahousaht, a indiqué le BST.

Selon l’enquêteur Clinton Rebeiro, la formation de vagues déferlantes «est presque impossible à prévoir».

Celle qui s’est abattue sur le Leviathan II s’élevait à la hauteur de son pont supérieur.

Dans des documents déposés l’an dernier dans le cadre d’une poursuite intentée par des survivants, le propriétaire du Léviathan II a décrit la tragédie comme un «acte de Dieu».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!