Manish Swarup Manish Swarup / The Associated Press

OTTAWA — L’aptitude des terroristes à communiquer entre eux sans être espionnés sera au coeur des discussions lors d’un sommet à huis clos qui réunira à la fin du mois, à Ottawa, les responsables de l’alliance de services secrets appelée le Groupe des cinq («Five Eyes» en anglais).

Les ministres de la Sécurité publique et les procureurs généraux du Canada, des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande réuniront autour d’eux leurs responsables du renseignement, alors que les récents attentats au Royaume-Uni mettent en lumière la crainte d’actes terroristes orchestrés «de l’intérieur» par des ressortissants rentrés au pays après avoir fait le djihad à l’étranger.

Les responsables de la sécurité s’inquiètent notamment de la facilité avec laquelle on peut aujourd’hui se procurer des outils de chiffrement et des applications qui permettent aux extrémistes de communiquer sans risque de voir leurs communications interceptées par les autorités.

Par contre, les défenseurs des libertés individuelles soutiennent que le droit des citoyens honnêtes à communiquer en toute confidentialité ne devrait pas être sacrifié sur l’autel de la lutte contre le terrorisme, en permettant aux autorités de déjouer les outils de chiffrement et d’utiliser des portes dérobées pour contourner les mesures de sécurité des appareils de télécommunications.

Le premier ministre australien, Malcolm Turnbull, a soutenu cette semaine au Parlement que les puissants médias sociaux et services de messagerie devaient collaborer à la lutte contre les terroristes qui utilisent à mauvais escient la même technologie que des milliards de personnes. L’Australie, a-t-il dit, profitera du sommet d’Ottawa pour voir ce que les autorités peuvent faire de plus, de concert avec l’industrie, pour empêcher les terroristes et les criminels de naviguer en toute impunité dans «un univers numérique non gouverné».

Au Canada, une majorité de participants à de récentes consultations fédérales se sont opposés à ce que le gouvernement puisse intercepter des communications privées, même muni d’un mandat. Ils s’opposent aussi en général à toute mesure visant à percer la technologie de chiffrement des données.

La première rencontre ministérielle du Groupe des cinq avait eu lieu en 2013. Le «quintette des procureurs généraux» se réunit quant à lui tous les ans depuis 2009.

Le sommet d’Ottawa devrait par ailleurs se pencher aussi sur les fuites de renseignements: les Britanniques ont été particulièrement remontés lorsque les Américains ont laissé couler des informations sur l’attentat de Manchester, en mai.

On devrait aussi discuter de l’ingérence présumée des Russes dans l’élection présidentielle américaine. «Ce sera sans aucun doute l’éléphant dans la pièce, mais ça restera l’éléphant dans la pièce, parce que c’est vraiment un sujet trop politique et trop délicat», estime le professeur Wesley Wark, expert en sécurité nationale à l’Université d’Ottawa.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!