Andrew Vaughan / La Presse Canadienne William Sandeson.

HALIFAX — William Sandeson a été reconnu coupable, dimanche, du meurtre prémédité de son condisciple de l’Université Dalhousie, Taylor Samson.

Cette accusation avait été portée contre lui deux ans plus tôt, soit quatre jours après la disparition de la victime de 22 ans, dont le corps demeure introuvable.

Le jury a délibéré 22 heures avant de rendre son verdict, vers midi, dimanche.

La cour avait appris que les dernières images de Taylor Samson vivant avaient été captées par une caméra peu avant qu’il entre chez son tueur, vers 22 h 30, le 15 août 2015. Il se serait rendu à l’appartement de William Sandeson afin de lui vendre neuf kilogrammes de marijuana pour 40 000$.

Dans sa plaidoirie finale, l’avocate de la Couronne a avancé que l’accusé avait tiré une balle dans la tête de Taylor Samson afin de lui voler la drogue.

Kim McOnie a fait valoir que l’accusé — qui devait amorcer ses études en médecine moins d’une semaine après son arrestation — cherchait à se libérer de sa dette. Les policiers n’ont par ailleurs retrouvé que 7 200$ en espèces, a-t-elle souligné.

William Sandeson aurait été sous la pression de ses parents par rapport à ses dépenses, et il avait une dette de plus de 70 000$ sur une marge de crédit de 200 000$.

Des traces de l’ADN de la victime avaient été détectées sur une arme, une balle, un sac polochon et d’autres items saisis à l’appartement de Sandeson à Halifax et sur la ferme familiale à Truro, a-t-on exposé au jury.

L’avocat de la défense, Eugene Tan, arguait pour sa part que son client n’est pas un «brillant criminel», reprochant à la défense d’avoir fait une présentation tordue de la preuve.

Me Tan avait admis qu’un «incident violent» était survenu la cette nuit, mais soutenait qu’une autre personne était alors présente. Il avait demandé aux jurés d’acquitter William Sandeson.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!