Jacques Boissinot Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

QUÉBEC — Le surplus budgétaire de 2,5 milliards $ engrangé lors de la dernière année financière est «honteux», selon la Coalition avenir Québec (CAQ), qui accuse le gouvernement de s’être bâti un «trésor de guerre» sur le dos des contribuables.

Le leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel, est catégorique: le gouvernement Couillard a saigné les programmes sociaux depuis qu’il est au pouvoir, ce qui a eu pour effet de faire exploser le surplus cette année. Celui-ci est d’ailleurs 10 fois plus élevé que prévu dans le dernier budget.

«C’est tout simplement honteux, a dit M. Bonnardel en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne, jeudi. Le ministre (des Finances, Carlos Leitao), je lui ai demandé: ‘Quels sont les coûts de système en santé et en éducation?’ On m’a dit ça prend 4,3 pour cent en santé et 4 pour cent en éducation, et on a mis 3,4 et 2,9.»

Même son de cloche du côté du Parti québécois (PQ), qui parle de «coupes draconiennes» pour financer les «bonbons électoraux» des libéraux.

«Le gouvernement va passer les prochains 18 mois à faire des annonces, en se vantant de répondre aux besoins des citoyens. Mais le tort causé va demeurer», a affirmé le député péquiste Nicolas Marceau.

Contrairement à la CAQ, le PQ ne transformerait pas les surplus en baisses d’impôt.

Jeudi, le premier ministre Philippe Couillard a semblé, lui aussi, mettre cette idée au rancart. Il a affirmé avoir déjà donné 1,2 milliard $ en baisses d’impôt depuis 2014, à la suite de l’abolition de la taxe santé et du rehaussement de l’exemption de base.

«C’est déjà fait», a-t-il soutenu lors d’un point de presse à Québec, durant lequel il a calculé qu’une famille qui gagne 80 000 $ par année s’était vu remettre 510 $.

Il a dit que l’argent sera plutôt dirigé vers la réserve de stabilisation pour les imprévus, dans laquelle il y a déjà 2,4 milliards $.

Des inondations ont récemment ravagé plusieurs régions du Québec et le conflit canado-américain sur le bois d’oeuvre a forcé Québec à allonger jusqu’à 300 millions $ pour épauler l’industrie forestière.

Le chef du gouvernement a justifié l’écart entre les données budgétaires de mars et celles dévoilées mercredi notamment par une hausse de l’impôt versé par les entreprises, des recettes plus élevées tirées des sociétés d’État et par la croissance des revenus autonomes.

Les entreprises ont versé 5,3 milliards $ en impôts au cours de l’année financière terminée le 31 mars, soit 292 millions $ de plus que les 4,59 milliards $ prévus dans le budget.

Québec a également récolté 229 millions $ supplémentaires par l’entremise de ses sociétés d’État comme Loto-Québec et la Société des alcools du Québec.

«Il semble que ça fait du bien, a affirmé M. Couillard. Ça fait des années qu’on a l’impression d’être sur le bord de la faillite au Québec. On peut-tu le dire ensemble qu’on a réussi quelque chose de très bien, qu’on a réussi à faire en sorte qu’on est vu comme un des endroits les mieux gérés en Amérique du Nord. (…) Il y a de quoi célébrer.»

Le premier ministre a tenu son point de presse, jeudi, à bord du bateau Louis-Jolliet, où il a annoncé la désignation du fleuve Saint-Laurent comme lieu historique, en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!