THE CANADIAN PRESS Mélanie Joly.

OTTAWA — La question de la nomination du prochain commissaire aux langues officielles n’a pas été abordée lors de la rencontre des ministres responsables de la francophonie du fédéral, des provinces et des territoires qui s’est terminée à Gatineau vendredi.

L’ex-ministre libérale ontarienne Madeleine Meilleur s’était récusée le 7 juin en raison de la controverse soulevée par sa désignation, qui avait fait les choux gras de l’opposition.

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a répété qu’elle donnerait des détails sur le processus de nomination ultérieurement.

«Je pense que mes collègues sont rassurés du fait qu’on a une commissaire (par intérim) présentement aux langues officielles et qu’au cours des prochaines semaines, j’aurai l’occasion d’annoncer le nouveau processus», a-t-elle dit.

Trois ministres étaient absents de la rencontre annuelle, soit ceux du Manitoba, de l’Alberta et de la Colombie-Britannique.

Les discussions semblent avoir mené à peu de mesures concrètes. Les ministres présents se sont entendus pour bonifier «progressivement» l’offre de services gouvernementaux en français, «examiner les mesures à prendre» afin d’améliorer l’accès à la justice en français, particulièrement en droit de la famille, et à «poursuivre le dialogue et la collaboration» sur l’immigration francophone.

«La bonne nouvelle est qu’on s’est donné une date : le 31 décembre 2021 pour arriver avec davantage de services gouvernementaux qui sont offerts, a affirmé la ministre Joly. Et bien entendu j’espère qu’ensemble, on va pouvoir démontrer d’ici cette date qu’on aura pris des actions.»

Les ministres ont également discuté de la création du corridor touristique francophone et du besoin d’enseignants en français à l’extérieur du Québec.

«Il y a une volonté d’avoir davantage de professeurs qui sont capables d’enseigner le français de bonne qualité à nos étudiants partout au pays», a remarqué Mélanie Joly, ajoutant qu’il s’agissait d’une bonne nouvelle.

Le ministre responsable de la francophonie du Yukon, John Streicker, a illustré que la moitié des enfants d’âge scolaire dans son territoire fréquentent les écoles d’immersion française.

Le Québec tentera d’aider la Saskatchewan à ce chapitre, afin que la province puisse répondre à la demande dans un avenir rapproché, a indiqué le ministre responsable de la Francophonie canadienne, Jean-Marc Fournier. C’est cette province qui a soulevé le problème de pénurie d’enseignants de français lors de la rencontre.

«De voir que le français à l’extérieur du Québec a un accueil renouvelé, une légitimité nouvelle, honnêtement, ça fait du bien de voir ça, a-t-il remarqué.

«Maintenant, est-ce qu’on peut faire quelque chose pour s’assurer que cette demande-là soit satisfaite plutôt qu’en attente, non résolue, et qu’on perde une opportunité?», a-t-il continué.

Pour la première fois, la rencontre annuelle a été organisée par le gouvernement fédéral en cette année du 150e anniversaire de la Confédération.

La ministre Joly a souligné qu’elle présentera son plan d’action sur les langues officielles d’ici le 1er avril 2018, qui contribuera à «soutenir la vitalité des communautés linguistiques en situation minoritaire».

La pérennité des médias francophones communautaires et le développement économique seront à l’ordre du jour de la prochaine rencontre de la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne, qui aura lieu à Iqaluit, au Nunavut, les 20 et 21 juin 2018.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!