Right Whale Research | The Associated Press

MONCTON, N.-B. — Les responsables des pêches tentent de déceler la cause de la récente mort de plusieurs baleines noires de l’Atlantique Nord, une espèce menacée, dans les eaux de l’est du Canada.

Pêches et Océans Canada (MPO) se montre inquiet après qu’au moins cinq mammifères marins de cette espèce eurent été retrouvés sans vie dans le golfe du Saint-Laurent, près des Îles-de-la-Madeleine. Quatre d’entre eux ont été découverts au cours de la semaine dernière.

La biologiste Cathy Merriman souligne que cette série de morts porte un coup dur pour la population de baleines noires puisque les animaux retrouvés représentent un pour cent de la population mondiale de cette espèce.

La baleine noire de l’Atlantique Nord, une espèce en voie de disparition au Canada, est protégée par la Loi sur les espèces en péril au Canada ainsi que par des dispositions aux États-Unis. On trouverait 500 membres de cette espèce dans le monde.

En entrevue avec La Presse canadienne, la biologiste pour MPO a ajouté qu’il est trop tôt pour savoir si les cinq morts constatées ont un lien entre elles, assurant du même coup que le ministère fait tout ce qu’il peut pour protéger les baleines noires restantes.

«Cela a le potentiel d’avoir des effets négatifs sur la capacité de cette population à se remettre», a-t-elle dit.

«Il y a beaucoup de travail et d’efforts nécessaires pour tenter de comprendre ce qui se passe et, avec un peu d’espoir, c’est quelque chose qui peut être évité. Or, en ce moment, vraiment, nous ne savons rien.»

Des avions de surveillance et des navires de la Garde côtière canadienne ont été déployés pour faire la lumière sur cette série de morts constatée, a-t-on fait savoir par communiqué.

MPO a en outre évoqué la possibilité qu’une des carcasses de baleines soit remorquée afin de pouvoir mener une nécropsie.

Le ministère a assuré qu’il travaille de pair avec des scientifiques et avec d’autres experts afin de comprendre ce qui a causé la mort des baleines et de tenter d’éviter que le bilan ne s’alourdisse.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!