VANCOUVER — Les consommateurs de drogues fréquentant les centres d’injection supervisée de Surrey, en Colombie-Britannique, seront autorisés à consommer des drogues non seulement par injection, mais aussi oralement et par voie nasale en vertu d’une exemption de Santé Canada, la première de ce genre.

Les deux établissements, SafePoint et le centre Creek Sobering and Assessment, ont ouvert leurs portes plus tôt ce mois-ci et ne permettaient que la consommation, sous supervision médicale, par injection.

L’agence Fraser Health avait fait la demande afin que la consommation par voies nasale et orale soit permise dans les deux centres. L’autorisation attendue n’avait toutefois pas été donnée au moment de l’ouverture.

La décision annoncée mardi signifie que les consommateurs de drogues qui iront dans les deux centres visés par l’exemption de Santé Canada ne pourront pas être mis en cause pour des violations des lois relatives à la possession et à la distribution de drogues.

Deux autres centres d’injection supervisée qui existent à Vancouver depuis des années, de même que ceux qui ont récemment été autorisés à voir le jour dans cette ville et ailleurs au Canada, peuvent seulement permettre la consommation de drogues par injection.

Si la principale priorité est de freiner la crise des surdoses et de sauver des vies, les centres d’injection supervisée sont aussi une façon de traiter les cas de dépendance aux opioïdes, a relevé la médecin en chef de Fraser Health, Victoria Lee.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!