BANG Showbiz Prince Charles

IQALUIT, Nunavut — La petite communauté d’Iqaluit, dans le Grand Nord canadien, s’apprête à accueillir jeudi le prince Charles et sa femme Camilla.

Le prince de Galles et la duchesse de Cornouailles arriveront du Royaume-Uni à bord d’un appareil des Forces armées canadiennes. Le couple sera accueilli par le gouverneur général du Canada, David Johnston, et le premier ministre du Nunavut, Peter Taptuna.

Le prince Charles, qui en sera à sa 18e visite au Canada, doit par la suite rencontrer notamment des représentants d’organismes voués à la préservation de l’inuktitut, la langue inuite.

Mais la visite princière ne ravit pas tout le monde à Iqaluit. Qaumariaq Inuqtaqau, âgé de 31 ans, souligne que des résidants doivent affronter l’extrême pauvreté, la dépression et l’alcoolisme dans cette communauté isolée. Il croit que le prince et la duchesse seront tenus à l’écart du désespoir profond vécu par certains résidants d’Iqaluit — il pense même que le couple princier ne veut pas vraiment parler de ces choses.

M. Inuqtaqau aimerait que le prince Charles constate de ses yeux le sort misérable de personnes âgées et de familles qui vivent dans des baraques et des tentes, sur la plage, sans eau courante ni électricité.

Nushupik Kilaubuk, un ouvrier de la construction de 51 ans, voit d’un bon oeil, lui, cette incartade dans le Grand Nord de Charles et Camilla, mais il ne souhaite pas, par contre, que le couple princier constate la misère ambiante.

«C’est plutôt… triste, disons», laisse-t-il tomber. M. Kilaubuk raconte qu’il est sans domicile fixe depuis dix ans même s’il occupe un emploi à temps plein six jours par semaine. Il s’est construit une baraque sur la plage, mais il ne dispose pas d’eau courante ni de chauffage.

Mosha Pauloosie, un autre résidant de la plage, âgé de 38 ans, estime qu’il ne tient qu’au prince Charles de constater les conditions de vie déplorables à Iqaluit. «Le monde entier devrait savoir.»

Après un horaire plutôt chargé à Iqaluit, le prince de Galles et la duchesse de Cornouailles doivent se rendre vendredi à la base militaire de Trenton et dans le comté de Prince-Edward, dans l’est de l’Ontario. Le couple sera par ailleurs le lendemain, 1er juillet, des festivités entourant le 150e anniversaire du Canada, sur la colline du Parlement à Ottawa. Le prince doit d’ailleurs prononcer un discours à cette occasion.

Qaumariaq Inuqtaqau, quant à lui, ne compte pas souligner la fête du Canada, samedi. «Il n’y a rien à célébrer: pas d’emplois, pas de formation, pas de logements (…) mais des familles, des personnes âgées et des bébés qui dorment sous une chaloupe renversée, dans des baraques ou des tentes, sans chauffage.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!