EDMONTON — La Cour d’appel de l’Alberta a ordonné la tenue d’un nouveau procès pour un camionneur qui a été acquitté d’une accusation de meurtre prémédité relativement à la mort d’une femme autochtone.

En mars 2015, Bradley Barton avait été déclaré non coupable du meurtre de Cindy Gladue par un jury.

Mme Gladue, qui était une travailleuse du sexe, a été trouvée morte dans la baignoire d’une chambre de motel d’Edmonton en 2011. Elle avait 36 ans.

La femme a perdu son sang jusqu’à en mourir après ce que Bradley Barton a qualifié de nuit de sexe brutal, mais consensuel.

La Cour d’appel a décrété que des erreurs graves sont survenues durant le procès, notamment quand le juge de la Cour du banc de la Reine, Robert Graesser, a donné ses instructions au jury relativement au comportement de l’accusé et au droit sur les agressions sexuelles relativement à la notion de consentement.

La décision rendue vendredi soutient que ces erreurs ont compromis l’habileté du jury à analyser correctement les éléments de preuve et à appliquer les lois adéquatement.

«En dépit de la reconnaissance dans notre société de l’autonomie et de l’égalité individuelles, il existe toujours un besoin indéniable que les juges s’assurent que le droit criminel n’est pas teinté par des suppositions pernicieuses et injustes, que ce soit à propos des femmes, des personnes autochtones, de travailleurs du sexe», statue le jugement rédigé par trois juges, dont la juge en chef Catherine Fraser.

«Un échec à répondre à ce besoin peut miner l’habileté du jury à appliquer la loi objectivement et correctement. Malheureusement, dans ce cas, les instructions données au jury étaient déficientes sous tous ces aspects.»

L’avocat de la défense, Dino Bottos, a dit qu’il était «très déçu» de la décision de la Cour d’appel.

Il a affirmé avoir été particulièrement surpris par le fait que le groupe de juges ait ajouté son propre motif d’appel aux quatre soumis par le Couronne.

Une telle intervention de la Cour d’appel est censée être inhabituelle, a-t-il fait valoir.

«En fait, notre Cour d’appel s’est déjà vue corriger par un jugement majeur de la Cour suprême du Canada, au moins une fois, sur le fait qu’ils (les juges) ne sont pas supposés arriver avec leurs propres motifs d’appel», a ajouté l’avocat de la défense, précisant que son client était également déçu du dénouement de la situation.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!