La Presse canadienne Byrdie Funk.

VANCOUVER — Byrdie Funk a souligné la fête du Canada en prêtant serment de citoyenneté, mais contrairement aux 150 personnes autour d’elle qui ont aussi levé leur bras droit de manière solennelle, elle est loin d’être une nouvelle arrivante.

Mme Funk — une Canadienne de troisième génération — est devenue une Canadienne de première génération, samedi, après avoir retrouvé une citoyenneté qui lui avait été retirée il y a un peu plus d’un an en vertu d’une loi obscure.

Mme Funk est née au Mexique de parents canadiens, et ceux-ci sont revenus s’installer au Canada au moment où elle était âgée de seulement deux mois. Elle n’a pas quitté le Canada depuis ce temps.

Elle ignorait l’existence d’une loi requérant que les personnes nées à l’étranger entre 1977 et 1981 de parents qui étaient aussi nés à l’extérieur du pays fassent la demande de maintien de leur citoyenneté. Elle avait, par conséquent, dépassé l’échéance sans le savoir.

La Britanno-Colombienne a dit être soulagée par la fin de son combat pour retrouver sa citoyenneté, mais a ajouté qu’elle n’aurait jamais dû avoir à vivre une telle épreuve.

Elle a affirmé qu’elle continuerait de se battre pour d’autres personnes ayant perdu leur citoyenneté en raison de politiques archaïques, et a dit souhaiter à long terme la refonte de ces lois.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!