HALIFAX — L’armée canadienne a admis que deux membres de la Marine avaient participé à une «contre-manifestation» lors d’une cérémonie autochtone à Halifax le jour de la fête du Canada.

L’organisatrice de la cérémonie autochtone, Rebecca Moore, a expliqué lundi que des dizaines de personnes s’étaient donné rendez-vous samedi au pied de la statue du fondateur de la ville, Edward Cornwallis, pour dénoncer les atrocités commises contre les Autochtones.

M. Cornwallis, gouverneur britannique de la Nouvelle-Écosse, a fondé Halifax en 1749; un peu plus tard, il offrait une récompense pour tout «scalp» de Micmacs, en représailles à une attaque perpétrée par les Autochtones contre les colons anglais.

Selon Mme Moore, un petit groupe d’hommes, dont l’un portait l’ancien drapeau canadien, ont entonné «God Save the Queen» en se dirigeant vers la cérémonie. Le drapeau «Red Ensign», qui arborait dans son coin l’«Union Jack» britannique, a été remplacé par l’unifolié en 1965.

Sur une vidéo de l’incident, on voit des participants à la cérémonie discuter brièvement avec les hommes. L’un d’entre eux mentionne que le groupe voulait rappeler le patrimoine britannique de l’ancienne colonie.

Un porte-parole du ministère de la Défense nationale a confirmé que deux de ces hommes — sans préciser lesquels — sont des membres de la Marine royale canadienne. Daniel LeBouthillier a indiqué que le ministère avait été troublé par cette affaire et qu’il menait son enquête.

Au cabinet du ministre, un porte-parole a précisé que Harjit Sajjan avait été informé de l’incident et qu’il suivait l’affaire de près.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!