THE CANADIAN PRESS Marc Garneau.

OTTAWA — Le gouvernement fédéral investira environ 2 milliards $ au cours des dix prochaines années pour améliorer le transport de marchandises dans les aéroports, les ports et les postes frontaliers canadiens.

Le ministre des Transports, Marc Garneau, en a fait l’annonce mardi devant la Chambre de commerce d’Ottawa.

«On veut rendre notre commerce le plus efficace, le plus fluide et le plus fiable possible parce que nos marchés externes ont des choix», a-t-il expliqué.

«Si eux voient que les produits qu’ils ont commandés du Canada arrivent en retard ou en mauvais état, ils vont trouver d’autres pays qui vont répondre à leurs besoins», a-t-il ajouté.

Le gouvernement fédéral avait alloué 2,1 milliards $ lors du dernier budget pour créer le Fonds national des corridors commerciaux. Il sollicite maintenant des projets que cet argent pourrait financer.

L’objectif est d’éliminer la congestion dans les ports de Montréal et de Vancouver et les voies ferrées les plus achalandées pour permettre un transport plus efficace des marchandises à l’intérieur du pays et à la frontière.

L’argent pourrait également servir à améliorer des sections du réseau de transport au pays plus susceptibles d’être touchées par les phénomènes météorologiques extrêmes causés par les changements climatiques.

Le ministre Garneau a invité un vaste ensemble d’organisations et d’entités à soumettre leurs ébauches d’ici le 5 septembre 2017: les gouvernements provinciaux, les municipalités, les communautés autochtones, les sociétés d’État, les administrations portuaires et aéroportuaires ainsi que le secteur privé.

«La structure du commerce mondial est en train de changer, a-t-il affirmé. Les transporteurs ont désormais plus de choix de trajets.»

Mais cette croissance des exportations pourrait être limitée par des embouteillages dans le réseau de transport, a souligné le ministre.

Cette annonce survient le jour où le premier ministre Justin Trudeau rencontrait son homologue en Irlande pour discuter de l’accord de libre-échange avec l’Union européenne. Le gouvernement Trudeau continue de diversifier les partenaires commerciaux du Canada sur la scène internationale alors qu’un vent de protectionnisme souffle aux États-Unis.

Lors de son discours, le ministre Garneau a cité les partenaires commerciaux les plus importants du Canada après les États-Unis comme la Chine, l’Union européenne, le Mexique et l’Inde.

Son annonce a été bien accueillie par les représentants du secteur privé qui étaient présents.

«Le tiers du budget des scieries établies dans les petites communautés sert à payer le transport, a souligné le président-directeur général de l’Association des produits forestiers du Canada, Derek Nighbor. Le fait de pouvoir acheminer ces produits sur les marchés à un prix concurrentiel et à temps est essentiel.»

Une étude du Conference Board du Canada publiée en mars 2016 prévoyait une forte augmentation du volume de marchandises acheminées aux ports par le transport ferroviaire.

Le Fonds national des corridors commerciaux sera également alimenté par la Banque de l’infrastructure. Une fois sur pied, cette nouvelle société d’État fournirait un minimum de 5 milliards $ supplémentaires pour financer des projets qui amélioreraient la circulation des biens.

La Banque de l’infrastructure doit entreprendre ses activités d’ici la fin de l’année. Elle aura pour mandat d’attirer des investissements du secteur privé et des grands régimes de retraite dans d’importants projets d’infrastructures qui généreront des recettes.

Cette somme fait partie d’une enveloppe de 10,1 milliards $ que le gouvernement prévoit dépenser au cours des 11 prochaines années pour faciliter le transport commercial.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!