Getty Images/Purestock

MONTRÉAL — Les Québécois se marient de moins en moins, c’est bien connu, mais on constate qu’ils le font plus tard dans leur vie et qu’ils optent de plus en plus pour les mariages célébrés par un proche.

Selon les données provisoires de l’Institut de la statistique du Québec, environ 21 950 mariages ont été célébrés au Québec en 2016, soit un tout petit peu moins qu’en 2015 et 2014. Le nombre de mariages diminue d’ailleurs depuis 2012, même s’il s’était légèrement accru au cours de la première décennie des années 2000.

Des quelque 22 000 mariages célébrés au Québec en 2016, on compte environ 700 mariages de conjoints de même sexe, soit trois pour cent du total, une proportion plutôt stable depuis l’autorisation de ces mariages en 2004, indique l’Institut. Presque autant de lesbiennes que de gais ont choisi de se marier en 2016.

Si la tendance se maintient, l’Institut de la statistique du Québec estime que seulement 27 pour cent des hommes et 29 pour cent des femmes se marieraient au moins une fois avant leur 50e anniversaire. Et ceux qui se marient attendent plus longtemps avant de prononcer leurs voeux: l’âge moyen au premier mariage atteignait 33,4 ans chez les hommes et 31,9 ans chez les femmes en 2016. Au début des années 1970, les Québécois se mariaient en moyenne huit ans plus jeunes, à 24 ou 25 ans.

Par ailleurs, les mariages célébrés par une «personne désignée» — un ami ou un membre de la famille — sont de plus en plus populaires au Québec depuis qu’ils ont été autorisés par l’État en 2002. Ainsi, en 2016, près de 30 pour cent des mariages de conjoints de sexe opposé étaient célébrés par un proche, comparativement à 15 pour cent par un greffier au palais de justice ou par un notaire. Chez les couples de même sexe, la part des mariages célébrés par une personne désignée atteignait 43 pour cent en 2016.

Ces nouvelles possibilités accompagnent une baisse constante des mariages célébrés par un ministre du culte au Québec: la part de ces mariages est passée de 71 pour cent en 2002 à 42 pour cent en 2016. En 1971, environ 95 pour cent des mariages au Québec étaient célébrés par un ministre du culte.

On remarque par ailleurs que 13 pour cent des mariages homosexuels en 2016 ont été célébrés par un ministre du culte, alors que plusieurs religions interdisent ces cérémonies ou condamnent l’homosexualité elle-même.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!