THE CANADIAN PRESS/Ryan Remiorz

HAMBOURG — La lune de miel à l’international du premier ministre Justin Trudeau sera mise à l’épreuve au cours des prochains jours, alors qu’il se trouvera au coeur de tensions tant dans l’enceinte du sommet du G20 en Allemagne qu’à l’extérieur des barrières de sécurité.

M. Trudeau est arrivé jeudi dans la ville portuaire de Hambourg quelques heures avant le président américain Donald Trump, dont la rhétorique protectionniste et la position réfractaire aux actions contre les changements climatiques risquent de poser une menace à la majeure partie des récentes avancées au G20.

Toutefois, dans les minutes après l’arrivée de M. Trudeau, toute l’attention était portée sur son fils de trois ans, Hadrien.

Après être descendu de l’avion entre son père et sa mère en se faisant basculer, Hadrien a marché fièrement sur le tapis rouge, s’emparant du bouquet de fleurs présenté initialement par les responsables allemands à sa mère, Sophie Grégoire.

Cette diversion amusante pour lancer la visite du premier ministre en Allemagne sera probablement le dernier instant de légèreté avant les entretiens tendus des prochains jours.

Des dizaines de milliers de manifestants antimondialisation sont descendus dans les rues pour faire obstruction aux rencontres, et ont déjà incendié un concessionnaire Porsche.

Non loin de là, l’ambiance était plus calme au sein des quelque 12 000 militants venus assister au festival «Global Citizen», et qui ont accueilli M. Trudeau avec des applaudissements nourris lors d’un spectacle rock dans le nord-est de Hambourg.

Il a livré un bref discours sur scène, disant d’abord en français aux spectateurs qu’il se joignait avec plaisir à eux pour «bâtir un monde plus juste et plus égal».

M. Trudeau a poursuivi en anglais, sa femme à ses côtés lui faisant écho, pour dire que le combat pour l’égalité et la justice commençait en donnant plus de pouvoir aux femmes et aux filles.

M. Trudeau a évoqué la nouvelle politique d’aide internationale féministe du Canada, qui place, a-t-il souligné, les femmes et les filles au coeur des efforts d’aide du Canada.

«Les femmes et les filles peuvent changer le monde, et c’est l’un des messages que je porterai au G20 en fin de semaine, et j’espère que vous aiderez tous et toutes à partager ce message aussi», a-t-il déclaré.

M. Trudeau est revenu sur la scène plus tard pour discuter de la nécessité d’éradiquer les maladies comme la polio.

Lors de l’événement, les mentions de M. Trump ou du président russe Vladimir Poutine étaient suivies instantanément de huées, alors qu’un accueil de vedette rock a été réservé au premier ministre du Canada.

Le G20 se met véritablement en branle vendredi, mais des rencontres bilatérales se tenaient déjà jeudi soir.

Durant le spectacle, M. Trudeau avait des rencontres dans une suite privée avec la première ministre norvégienne, Erna Solberg, le président de l’Argentine, Mauricio Macri, et le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim.

Jim Yong Kim, qui semblait plutôt amical avec M. Trudeau, avait amené ses fils pour la rencontre et a fait l’éloge du premier ministre du Canada.

Les Canadiens sont «si chanceux» d’avoir M. Trudeau, a affirmé le président de la Banque mondiale, parlant de lui comme d’un rassembleur.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!