HALIFAX — D’autres recherches sont nécessaires pour déterminer si le golfe du St-Laurent est devenu un habitat émergent pour la baleine noire de l’Atlantique Nord, ont soutenu des experts, vendredi, alors que le cadavre d’un septième mammifère de cette espèce en voie de disparition a été retrouvé dans les mêmes environs que les six précédents.

Le mâle renversé a été aperçu tard mercredi, flottant à la surface de l’eau, au nord des Îles-de-la-Madeleine. La cause de cette nouvelle mort n’était pas connue, vendredi.

La découverte d’un nouveau cadavre survient après que six autres baleines noires de l’Atlantique Nord — deux femelles et quatre mâles — eurent été trouvées sans vie dans le même secteur le mois dernier.

Tonya Wimmer, de la Société de protection des animaux marins, soutient que les scientifiques devraient intensifier leurs efforts afin de déterminer si ce type de baleine fait du golfe du Saint-Laurent son premier foyer d’alimentation, se détournant ainsi de ses habitats traditionnels de la baie de Fundy et du bassin Roseway.

Mme Wimmer avait indiqué, plus tôt vendredi, que la baleine, qui se trouve en état de décomposition avancée, a été trouvée au large des Îles-de-la-Madeleine par la Garde côtière canadienne.

Elle a souligné l’importance de trouver où sont les baleines de cette espèce pour pouvoir prendre des mesures pour les protéger. L’experte a insisté sur la nécessité de se concentrer sur le golfe du Saint-Laurent.

Elle dit en outre espérer que les responsables des pêches iront de l’avant pour mener des nécropsies sur la dernière baleine morte ainsi que sur une autre.

Une porte-parole de Pêches et Océans Canada, Krista Peterson, a dit ne pas savoir si une décision avait été prise en ce sens.

Trois des six autres baleines retrouvées mortes ont été examinées après avoir été transportées sur la rive de l’Île-du-Prince-Édouard, à la fin du mois dernier.

Deux d’entre elles auraient été percutées par des navires alors qu’une troisième serait morte empêtrée dans des filets de pêche.

Robert Michaud, du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), a dit avoir été abasourdi en apprenant qu’autant de baleines noires de l’Atlantique Nord aient été trouvées sans vie en une seule saison. En général, environ deux cas sont répertoriés, a-t-il ajouté.

Une experte du Canadian Whale Institute, Moira Brown, affirme s’être tournée, il y a plusieurs années, vers la région du golfe du Saint-Laurent pour mener ses recherches. Elle avait pris cette décision après avoir réalisé que la baleine noire de l’Atlantique Nord était moins présente dans ses habitats naturels.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!