MANAWAN, Qc — Un garçon de trois ans et son frère de cinq ans d’une communauté autochtone du Québec se remettaient, vendredi, après avoir été apparemment battus par un groupe d’enfants.

Le grand chef de la Première Nation Atikamakw, Constant Awashish, a indiqué que les deux garçons auraient été attaqués par d’autres enfants à un parc de la communauté de Manawan, plus tôt cette semaine.

Les deux présumées victimes auraient été battues par deux ou trois autres garçons un peu plus âgés, a relaté le grand chef en entrevue téléphonique.

Les garçons ont été transportés en hélicoptère à l’hôpital après qu’un membre de la famille eut interrompu l’incident et appelé les secours, a-t-il ajouté.

Le plus vieux des deux a reçu son congé après avoir été transporté à Joliette.

Le plus jeune, qui avait des blessures plus graves, était toujours soigné dans un hôpital de Montréal. Mais il va bien, et il devrait sortir de l’hôpital au début de la semaine prochaine, a assuré le grand chef.

L’incident s’est avéré «traumatisant» pour la communauté tissée serrée, qui est située à environ 250 kilomètres au nord de Montréal.

«On entend toujours des choses comme ça qui arrivent ailleurs, mais on n’aurait jamais cru que ça arriverait dans notre propre communauté», a-t-il confié.

La communauté a fourni du soutien à toute personne qui en aurait besoin, dont les familles des présumées victimes — et des présumés agresseurs.

«Les familles des (présumés) agresseurs sont sous le choc, elles sont stressées, elles ne savent pas comment gérer cela», a soutenu le grand chef.

La police locale, ainsi que la protection de la jeunesse enquêtent sur l’incident.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!