JOHN WOODS JOHN WOODS / La Presse Canadienne

WINNIPEG — Des familles manitobaines réclament la démission de toutes les commissaires qui siègent encore à l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

Ces familles soutiennent que les proches des victimes ne font plus confiance à ce mécanisme, dans sa configuration actuelle, et souhaitent la nomination de nouvelles commissaires qui sauront davantage être à l’écoute des survivants et des intervenants.

En conférence de presse mercredi à Winnipeg, Sandra Delaronde, coprésidente d’une coalition manitobaine de proches, a estimé que les commissaires devraient être liées aux victimes ou leurs proches. Ils souhaiteraient aussi que les audiences publiques s’inspirent davantage des coutumes autochtones et moins des tribunaux, avec prestation de serment.

Ces familles auraient aussi aimé que l’Enquête nationale compte au moins une commissaire provenant du Manitoba.

La commissaire Marilyn Poitras a annoncé mardi qu’elle quittait son poste parce qu’elle se sentait incapable de mener à bien son mandat selon les paramètres fixés par le gouvernement libéral de Justin Trudeau. Cette décision survient peu de temps après le départ de la directrice générale Michèle Moreau, qui a évoqué des «raisons personnelles». En tout, six personnes ont quitté la commission depuis un an et de ce nombre, cinq ont démissionné.

Selon Mme Delaronde, les familles des victimes ne souhaitent pas l’abolition de la commission, mais plutôt sa restructuration afin d’encourager davantage les témoignages des proches et être à l’écoute de leurs préoccupations.

Sheila North Wilson, grande chef crie qui représente des communautés autochtones du nord du Manitoba, avait réclamé, la semaine dernière, la démission de la commissaire en chef de l’Enquête nationale, Marion Buller.

La commission a pour mandat d’étudier les causes systémiques de la violence contre les femmes et les filles autochtones. Malgré les départs annoncés récemment, la commission maintient son calendrier, dont la série de neuf audiences prévues l’automne prochain, qui doivent débuter en septembre à Thunder Bay, en Ontario. L’Enquête nationale doit s’arrêter à Maliotenam, sur la Côte-Nord au Québec, pendant la semaine du 27 novembre.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!