HE CANADIAN PRESS/HO-International Fund for Animal Welfare Joe Howlett, 59 ans, est mort alors qu'il participait au sauvetage d'une baleine.

ÎLES-DE-LA-MADELEINE, Qc — Les autorités fédérales suspendent les efforts pour libérer les baleines noires qui se trouvent piégées dans des gréements de pêche, dans la foulée de la mort d’un bénévole du Nouveau-Brunswick qui participait au sauvetage d’une baleine.

Un porte-parole de Pêches et Océans Canada, Vance Chow, a indiqué que le ministère réévaluait la réponse aux enchevêtrements de baleines et cessait les opérations de sauvetage des baleines noires de l’Atlantique Nord jusqu’à la conclusion de cet examen.

Le ministère a précisé que les efforts pour libérer d’autres baleines seraient examinés au cas par cas.

Le ministre Dominic LeBlanc a affirmé en entrevue à CTV News, jeudi, que le gouvernement fédéral enquête sur les circonstances de la mort du bénévole Joe Howlett. Il a indiqué que le gouvernement «se devait de suspendre cette pratique particulière» jusqu’à ce qu’une enquête indépendante de Transports Canada tire ses conclusions sur ce qui est survenu lundi.

M. Howlett, un pêcheur de homards, est mort après avoir libéré une baleine noire qui s’était empêtrée dans un gréement de pêche près de Shippagan, au Nouveau-Brunswick.

Mercredi, une agence fédérale américaine avait annoncé la suspension de ce type d’opérations.

Chris Oliver, de l’Administration océanique et atmosphérique nationale (NOAA), a expliqué que la sécurité des sauveteurs était primordiale. L’agence a suspendu jusqu’à nouvel ordre toutes les opérations de sauvetage de grosses baleines qui seraient empêtrées dans des gréements de pêche, afin de réévaluer les protocoles d’intervention d’urgence.

Également mercredi, le gouvernement fédéral avait annoncé de nouveaux efforts pour protéger les baleines noires de l’Atlantique Nord, notamment en demandant aux marins de réduire leur vitesse temporairement et en fermant partiellement une zone de pêche de crabe des neiges.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!