Dix-huit présumés chiens de combat ont évité l’euthanasie en Ontario et seront plutôt envoyés aux États-Unis pour y être réhabilités, après des mois de négociations visant à leur sauver la vie.

Un tribunal de Chatham, en Ontario, a ordonné à trois personnes accusées d’avoir dirigé un réseau de combats de chiens de remettre officiellement les pitbulls à la Société de protection des animaux de l’Ontario (SPAO), qui hébergeait déjà les bêtes depuis octobre 2015.

La cour a par la suite ordonné à la SPAO — qui s’était portée volontaire pour euthanasier les chiens — d’envoyer les animaux dans un établissement spécialisé de la Floride.

La Couronne, la SPAO et les trois propriétaires des chiens ont conclu une entente sur le sort des chiens jeudi dernier, ont indiqué les avocats des parties impliquées.

À l’automne 2015, la police et des agents de la SPAO avaient effectué une descente dans une propriété de Tilbury, en Ontario, et y avaient saisi 31 chiens, tous des pitbulls. Cette saisie avait mené au dépôt d’accusations contre quatre personnes, puis plus tard contre une cinquième, la majeure partie des chefs étant liés aux armes et à la cruauté animale. Ils ont aussi été accusés de posséder des pitbulls, ce qui est illégal dans la province.

Tous les chiens ont été trouvés attachés par des chaînes à des poteaux de métal, sur le terrain. Les inspecteurs ont trouvé différents articles sur les lieux, notamment des listes de noms de chiens, des horaires d’entraînement, des accessoires d’entraînement, des stéroïdes anabolisants et des contrats pour des combats de chiens, selon des documents déposés en cour.

Trois des chiens ont immédiatement été euthanasiés pour des raisons médicales, et les 28 autres ont subi une évaluation comportementale par la Société protectrice des animaux américaine, qui a conclu que 21 d’entre eux représentaient une menace pour la société et ne pouvaient être réhabilités.

La SPAO a donc dû faire une demande à la cour pour les euthanasier, ce qui a provoqué une vague d’oppositions du public.

Deux organisations — Dog Tales et Animal Justice — se sont tournées vers les tribunaux pour s’opposer à la demande de la SPAO, mais le juge a rejeté leur requête en décembre dernier.

Dog Tales a donc lancé en février une campagne publicitaire pour sauver les bêtes, appuyée par des célébrités comme Richard Branson, Enrique Iglesias et Paris Hilton.

Une deuxième évaluation des bêtes demandée par Dog Tales a eu lieu 18 mois après la première et a permis de constater une amélioration du comportement des pitbulls, ce qui a permis de les sauver.

Un chien a cependant été jugé dangereux et la cour a ordonné son euthanasie. Deux autres sont morts alors qu’ils étaient hébergés par la SPAO.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!