La Presse canadienne

SAINT-GEORGE, N.-B. — L’incendie qui a coûté la vie à une octogénaire et à ses trois fils d’âge adulte au Nouveau-Brunswick, en avril, a probablement été causé par un amas de rallonges électriques, de barres d’alimentation et par la défaillance d’une composante électrique, croient les enquêteurs.

Les corps d’Esther Boyd et de ses fils Davey, Billy et Robbie ont été trouvés dans leur résidence de Saint-George le 11 avril.

L’enquêteur Jeff Cross a écrit dans son rapport que selon ses constatations, le mauvais entretien du système électrique de la résidence a contribué à l’incendie mortel.

Il a constaté la présence d’un grand nombre d’extensions, de barres et de blocs d’alimentation reliés à différents appareils électroniques dans la partie de la résidence où le feu s’est déclenché, bien qu’aucune source d’allumage précise n’ait été identifiée.

Des voisins ont appelé le 9-1-1 lorsqu’ils ont vu de la fumée et des flammes sortir de la résidence.

La tragédie a ébranlé la petite communauté de Saint-George, dans le sud-ouest de la province, où Davey Boyd était membre honoraire du service des incendies, dont il portait l’uniforme en permanence.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!