WINNIPEG — Le premier ministre Justin Trudeau dit croire qu’il peut travailler de concert avec le premier ministre manitobain, Brian Pallister, malgré leur désaccord manifeste sur plusieurs dossiers clés.

Les deux hommes doivent se réunir samedi, à Winnipeg.

Le Manitoba est la seule province qui ne s’est toujours pas entendue avec Ottawa sur les transferts fédéraux en matière de santé. Le gouvernement de Brian Pallister a aussi abondamment critiqué le plan de Justin Trudeau visant à légaliser la marijuana d’ici juillet 2018.

Brian Pallister réclame également des détails sur les plans d’Ottawa pour l’avenir du port de Churchill, dans le nord du Manitoba, qui est privé de son seul lien terrestre vers le sud depuis les inondations du printemps.

Bien qu’il puisse y avoir des frictions, Justin Trudeau affirme que l’époque où les ordres de gouvernement s’affrontaient est révolue.

«Nous allons continuer de travailler de manière constructive et à entretenir des relations positives avec tout le monde», a déclaré Justin Trudeau à Kenora, en Ontario, vendredi.

«(Les Canadiens) veulent voir une approche respectueuse, positive et c’est ce que je fais toujours.»

Le mois dernier, Brian Pallister avait écorché la façon dont le gouvernement fédéral mène les négociations sur le financement des soins de santé, les qualifiant de «dangereuses, imprudentes et risquées».

Ottawa a cherché à réduire de moitié l’augmentation annuelle de ses transferts en santé, offrant plutôt des fonds supplémentaires destinés à des projets spécifiques dans diverses provinces.

«Pourquoi prendrais-je un dix sous au nom des Manitobains? Quel genre de premier ministre serais-je si j’acceptais l’incitatif de ce dix sous brillant aujourd’hui, et que je sacrifiais un gros dollar au cours de la prochaine décennie pour les soins de santé?», s’était-il demandé.

M. Pallister a demandé la semaine dernière aux premiers ministres réunis à Edmonton de faire pression pour qu’Ottawa retarde la légalisation du cannabis d’un an afin que les provinces aient plus de temps pour s’y préparer.

Ses homologues provinciaux ne sont pas allés aussi loin, mais ils ont rassemblé une liste de préoccupations qui doivent être abordées avant que le cannabis ne devienne légal le 1er juillet.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!