HALIFAX — La Cour suprême de la Nouvelle-Écosse est le deuxième tribunal du pays à approuver un règlement judiciaire de 20 millions $ contre le fabricant de l’OxyContin, Purdue Pharma, mais certains plaignants sont restés sur leur faim parce qu’ils disent avoir été lésés de façon permanente par la prise de ces antidouleurs.

Le juge John Murphy a accepté le règlement, mardi, faisant écho à la décision de la Cour supérieure de l’Ontario en affirmant que le montant tombait dans une «zone de raisonnabilité».

Le juge dit avoir été interpellé par deux témoignages qui avaient décrit les effets dévastateurs de la dépendance à ce médicament.

Il a toutefois accepté l’argument de l’avocat des plaignants, Ray Wagner, qui disait que si l’affaire se rendait devant les tribunaux, il y aurait plusieurs autres obstacles à franchir, ajoutant encore plus de délais d’attente dans ce dossier qui perdure depuis dix ans.

Les plaignants avaient déclaré dans leur requête que l’entreprise pharmaceutique établie aux États-Unis n’avait pas averti ses clients de la potentielle dépendance qu’ils pouvaient développer.

Purdue n’a pas admis sa responsabilité à travers ce règlement, qui doit encore être approuvé par les tribunaux de la Saskatchewan et du Québec avant que les paiements individuels ne commencent à être versés. Le juge a estimé que chaque plaignant devrait recevoir entre 13 000 et 18 000 $.

Selon Ray Wagner, entre 1000 et 1500 personnes font partie de l’action collective à l’échelle du Canada, mais ce nombre pourrait grossir dans les prochains mois.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!