THE CANADIAN PRESS Gail Blackmore.

CRANBROOK, C.-B. — Des ex-époux de la communauté polygame de Bountiful, en Colombie-Britannique, ont été condamnés à la prison pour avoir emmené une fille de 13 ans aux États-Unis pour qu’elle épouse le chef de leur secte qui est maintenant derrière les barreaux.

Un juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique a condamné Brandon Blackmore à purger une peine d’un an d’emprisonnement, alors que son ex-épouse, Gail Blackmore, a écopé de sept mois de prison.

Tous deux ont aussi été condamnés à un an et demi de probation.

Le duo a été reconnu coupable en février d’avoir emmené un enfant de moins de 16 ans hors du Canada à des fins sexuelles.

Selon le juge Paul Pearlman, une peine d’emprisonnement «est justifiée dans ce cas».

Il a été prouvé durant le procès que la fille a été emmenée aux États-Unis en 2004 pour épouser Warren Jeffs, le prophète de l’Église fondamentaliste de Jésus-Christ des saints des derniers jours, qui purge une peine d’emprisonnement à perpétuité pour avoir agressé deux de ses femmes mineures.

Le juge Pearlman a déclaré qu’il était important d’«envoyer un message clair à d’autres, y compris les membres de la communauté de l’Église fondamentaliste» en ordonnant une peine d’emprisonnement.

Paul Pearlman a également indiqué que «le degré de culpabilité de Brandon Blackmore est élevé». Il a souligné que l’homme n’a exprimé aucuns remords pour avoir emmené la jeune fille aux États-Unis afin qu’elle épouse un homme âgé de 49 ans à l’époque.

Le juge a affirmé que Gail Blackmore avait consenti à déplacer de la fillette aux fins de ce mariage.

Le procureur spécial Peter Wilson a plaidé lors d’une audience de détermination de la peine le mois dernier que Brandon Blackmore, âgé de 71 ans, devrait purger une peine de prison de 12 à 18 mois, alors que Gail Blackmore, 60 ans, devrait écoper de six à douze mois.

Me Wilson a déclaré que Brandon Blackmore est plus coupable que son ex-femme, mais que les deux étaient présents au mariage de la fille et savaient ce qui se passerait.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!