THE CANADIAN PRESS/Darryl Dyck

KAMLOOPS, C.-B. — Le même incendie qui a détruit des dizaines de résidences près d’Ashcroft, en Colombie-Britannique, il y a six semaines, a maintenant ravagé d’autres immeubles dans la région de Green Lake environ 100 kilomètres plus loin.

La porte-parole du district de Thompson-Nicola, Debbie Sell, explique que l’incendie est toujours actif et qu’il atteint 1680 kilomètres carrés.

Elle précise que les lignes électriques effondrées ajoutent à la dangerosité de la situation et que les autorités n’ont pas encore eu accès au site afin de constater l’ampleur des dommages.

Debbie Sell assure que les propriétaires des bâtiments affectés seront informés dès que l’inventaire des dommages sera disponible.

Le service de lutte contre les incendies de forêt rapporte qu’au moins 10 foyers d’incendie ont pris naissance au cours des 24 dernières heures, dont six sont soupçonnés d’avoir été causés par une intervention humaine.

L’un de ces brasiers a été observé dans la région de Naramata, juste au nord de Penticton. Le directeur du service d’incendie de Naramata, Tony Trovao, estime que son équipe a été chanceuse d’avoir réussi à l’éteindre aussi rapidement puisqu’il aurait pu menacer des maisons à proximité.

Dans le district régional de Cariboo, le poste de la Gendarmerie royale du Canada à Williams Lake indique avoir procédé à l’arrestation de cinq hommes, mardi, après que des résidents eurent aperçu des gens tenter d’allumer des feux. L’inspecteur Jeff Pelley confirme que personne n’a été blessé et qu’aucun bâtiment n’a été endommagé.

Des incendies de forêt ont forcé l’évacuation de Williams Lake le mois dernier, mais les résidants sont déjà retournés à la maison.

Selon le porte-parole du service de lutte contre les incendies de forêt de la Colombie-Britannique, Kevin Skrepnek, 154 incendies de forêt sont actifs dans la province. Le coût des effectifs chargés de combattre les flammes aurait atteint 309 millions $. Environ 9300 personnes sont toujours évacuées alors que 40 ordres d’évacuation sont toujours en vigueur.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!