Cole Burston Cole Burston / La Presse Canadienne

TORONTO — Un centre d’injection supervisée intérimaire a ouvert ses portes lundi à Toronto.

Le centre, qui peut accueillir trois personnes à la fois, est situé dans un établissement de la régie de la santé publique de Toronto, au centre-ville. Il y a environ une semaine, des militants avaient établi un site d’injection supervisée non autorisé dans un parc de la ville.

«(Les gens) en ont vraiment besoin, et nous croyons qu’ils en feront usage et espérons que nous pourrons sauver quelques vies ici», a affirmé Shaun Hopkins, gestionnaire de l’établissement.

Des infirmières et des conseillers se trouveront sur les lieux des installations qui seront ouvertes de 16 h à 22 h, du lundi au samedi.

Le ministère fédéral de la Santé a annoncé dimanche qu’il avait approuvé la demande de la régie de la santé publique de Toronto plusieurs mois plus tôt que prévu.

Santé Canada souligne que ces centres supervisés permettent de sauver des vies et d’améliorer la santé de la population, sans par ailleurs encourager la consommation de drogues illicites ou la criminalité dans le secteur.

Trois centres d’injection supervisée permanents doivent ouvrir à Toronto cet automne, mais les intervenants rappellent que ce programme avait été élaboré il y a plusieurs années — bien avant que les opioïdes ne deviennent un problème de santé publique majeur.

Plusieurs centres d’injection supervisée existent déjà en Colombie-Britannique — à Vancouver, Surrey, Kelowna et Kamloops —, et on en trouve aussi à Montréal. D’autres centres pourraient ouvrir leurs portes à Ottawa, Calgary et Edmonton, notamment.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!