THE CANADIAN PRESS/Darryl Dyck

MONTRÉAL — La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) s’apprêtait à dépêcher des renforts supplémentaires en Colombie-Britannique lundi après-midi.

Au total, elle devait y envoyer 54 personnes additionnelles, incluant 50 pompiers.

Dans un passé récent, l’organisation a régulièrement fourni du personnel pour combattre les nombreux brasiers actifs en sol britanno-colombien.

Depuis le début de la présente saison des incendies de forêt, elle a entre autres prêté tout près de 170 pompiers à la Colombie-Britannique.

La SOPFEU a également accepté d’y envoyer quatre avions-citernes à la fin juillet et ces appareils sont toujours là-bas.

Ces ressources humaines et matérielles sont certainement prisées sur place puisque les incendies de forêt semblent toujours extrêmement difficiles à maîtriser en Colombie-Britannique.

Alors qu’elles dressaient un bilan de la situation dimanche, les autorités locales ont indiqué que 137 brasiers étaient toujours actifs dans la province.

À titre de comparaison, au Québec, à l’heure actuelle, un seul incendie de forêt a été répertorié et il est considéré comme étant maîtrisé.

Dans ce contexte, il est logique que l’équipe de la SOPFEU continue de participer à la lutte de longue haleine menée à l’autre bout du pays.

«On tente d’aider à l’extérieur de la province. Compte tenu de la situation ici au Québec, on est en mesure de libérer des ressources pour soutenir les gens de la Colombie-Britannique», a mentionné le coordonnateur à la prévention et à l’information de la Société de protection des forêts contre le feu, Gérard Lacasse, en entrevue avec La Presse canadienne.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!